«Cash Investigation»: Élise Lucet mise en examen pour la troisième fois depuis la rentrée (vidéo)

Belgaimage
Belgaimage

Cybersécurité, évasion fiscale, pédophilie au sein de l’Église, affaire Bygmalion ou encore une immersion inédite dans le monde merveilleux du travail ou des Paradise Papers… Depuis quatre ans, « Cash Investigation », le magazine présenté par Élise Lucet, passionne de nombreux téléspectateurs. Connue pour ses enquêtes fouillées riches en révélations, l’émission fait trembler les entreprises ou institutions auxquelles elle s’intéresse et entraîne surtout avec elle son lot de réactions et… de plaintes.

De menaces à plaintes

Mardi 7 novembre, Élise Lucet était l’invitée de « C à vous » sur France 5. Alors qu’elle fait souvent l’objet de plaintes avec son émission « Cash Investigation », la journaliste a fait quelques révélations étonnantes face à l’équipe d’Anne Élisabeth Lemoine. «  Personne ne nous appelle, ils appellent directement Delphine Ernotte  », indique-t-elle. L’animatrice confie recevoir dans un premier temps des menaces, qui finissent souvent par se transformer en plaintes avant d’avouer : «  Je vais être mise en examen pour la troisième fois depuis le mois de septembre  ».

« Sereine »

Une situation qui ne semble pourtant pas perturber la journaliste qui reste «  sereine  ». «  Quand on fait des sujets sensibles comme ceux-là, il faut s’attendre à être poursuivi pour diffamation. Chaque émission est ainsi visionnée quatre fois par nos services juridiques  » a-t-elle fait savoir.

Mardi, au même moment, le tribunal correctionnel de Nanterre a jugé irrecevable la plainte en diffamation de l’Azerbaïdjan qui reprochait à Élise Lucet et son collègue Laurent Richard d’avoir qualifié le pays de «  dictature  ».

Voir la vidéo sur mobile