Nadine Trintignant souhaite que Bertrand Cantat arrête «complètement» sa carrière

Nadine Trintignant était interviewée, ce lundi 12 mars, par Léa Salamé dans l’émission de France 2 «
Stupéfiant 
!
»
Nadine Trintignant était interviewée, ce lundi 12 mars, par Léa Salamé dans l’émission de France 2 « Stupéfiant ! » - Capture d’écran - Twitter

La réalisatrice Nadine Trintignant, mère de Marie Trintignant, a déclaré ce mardi 13 mars à l’AFP que «  ce n’est pas suffisant que (Bertrand) Cantat renonce aux festivals  » cet été, l’appelant à s’arrêter «  complètement  ». «  S’il s’arrêtait complètement, ça me conviendrait complètement. Je le trouve indécent, innommable… », a ajouté la réalisatrice, regrettant que Bertrand Cantat «  n’ait pas eu une condamnation normale, c’est-à-dire vingt ans  ».

Nadine Trintignant s’était déjà exprimée à ce sujet ce lundi 12 mars dans l’émission « Stupéfiant ! » présentée par Léa Salamé. «  Comment se fait-il qu’un homme dont on sait qu’il a tué, comment ose-t-il ? Je trouve honteux, indécent, dégueulasse qu’il aille sur scène  », expliquait la réalisatrice.

Voir la vidéo sur mobile

Condamné à huit ans de prison pour coups mortels sur sa compagne Marie Trintignant, Bertrand Cantat avait été libéré en 2007 après avoir purgé plus de la moitié de sa peine. Ce lundi 12 mars, Bertrand Cantat a annoncé renoncer à se produire dans les festivals d’été face à une contestation grandissante, qui avait déjà abouti à sa déprogrammation au festival Les Escales de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et à l’Ardèche Aluna Festival en juillet.

En revanche, sa tournée entamée le 1er mars à La Rochelle est maintenue jusqu’à son terme, prévu les 29 et 30 mai à l’Olympia à Paris. Plus tard dans la soirée, il a invoqué son «  droit à la réinsertion  » dans une lettre publiée sur son compte Facebook. Le chanteur, 15 ans après la mort en 2003 sous ses coups de Marie Trintignant, a «  renouvelé  » sa «  compassion la plus sincère, profonde et totale à la famille et aux proches de Marie  ».

« Chacun est libre d’aller le voir, ou pas »

Ce mardi 13 mars, l’Observatoire de la liberté de création a estimé dans un communiqué que «  Bertrand Cantat a le droit de chanter  », toute en jugeant «  légitime  » le débat sur son retour artistique.

«  Cantat a le droit de chanter (…) chacun est libre d’aller le voir, ou pas. Dans un État de droit, personne ne se fait justice à soi-même, et personne ne fait justice à quelqu’un d’autre en dehors de la justice  », est-il indiqué dans le communiqué.

Voir la vidéo sur mobile

Cette liberté d’applaudir Bertrand Cantat, certains ne la digèrent pas. Ce lundi 12 mars, Bertrand Cantat donnait un concert à Montpellier. Devant la salle de spectacle, un comité d’accueil attendait les spectateurs. Un groupe d’une cinquantaine d’individus a alors hué ces personnes venues assister au concert de Bertrand Cantat. Certains brandissaient des pancartes aux slogans évocateurs.

Voir la vidéo sur mobile

Avec l’AFP