«J’ai la mémoire qui flanche»

« J’ai la mémoire qui flanche, j’me souviens plus très bien. » Le refrain de Jeanne Moreau a beau avoir 55 ans, il revient plus que jamais au-devant de l’actualité… Et l’on ne parle pas ici de la progression importante de la maladie d’Alzheimer dans la population européenne vieillissante, mais de la diminution générale de la mémoire de nos concitoyens. En cause ? Nos smartphones et autres nouvelles technologies, comme les GPS. Ils nous facilitent grandement la vie, mais auraient des répercussions néfastes sur nos capacités d’apprentissage, et de mémoire en particulier. Plus besoin de retenir un numéro de téléphone, une date d’anniversaire ou même son chemin : tous ces outils technologiques le font à notre place ! Selon une enquête menée en 2015 déjà par un cabinet de sécurité informatique, près de 60 % des parents ne se souviennent même plus du numéro de téléphone de leur propre enfant ! C’est grave, docteur ? Ben oui. « On mémorise moins. Cela peut induire in fine un appauvrissement culturel et personnel », avertit Francis Eustache, chercheur en neuropsychologie, l’expert français de la mémoire qui a sonné l’alerte tout récemment dans le quotidien « Le Parisien ».

En cause aussi, le zapping permanent en vigueur dans notre monde moderne. La capacité de se concentrer baisse, face à un flux incessant d’informations. « Avant, on faisait mieux le tri entre les informations importantes et superflues. Aujourd’hui, on a plus de difficulté à les organiser et à les utiliser », enchaîne le neuropsychologue. Francis Eustache développe : « Ce qui est prouvé et préoccupant, c’est que l’on a de moins en moins de temps pour synthétiser notre mémoire. On est sans cesse sollicité par un message, un appel. On dort moins, on rêvasse peu. Or, ce temps est indispensable pour consolider nos connaissances. » Il apparaît en effet que ces temps où l’on dort et où l’on laisse son esprit vagabonder sont très importants pour fixer le contenu de notre mémoire, surtout chez les enfants. Si les plus jeunes passent constamment leur temps devant un écran, de télé ou de téléphone, leurs capacités d’apprentissage diminuent. Comment réagir ? Les experts conseillent de se déconnecter régulièrement de toutes ces sources de distraction, voire carrément de faire des cures de « détox digitale » durant plusieurs jours, de débrancher tous ces outils numériques envahissants.

Autre conseil de base pour récupérer des capacités cérébrales : ne faire qu’une chose à la fois. Exemples ? Mettez donc votre téléphone de côté lorsque vous lisez ou lorsque vous discutez avec quelqu’un. Et pour préserver voire augmenter vos capacités de mémoire, l’important est également d’entraîner votre cerveau au quotidien. « Soir mag » vous donne cette semaine des conseils pratiques mais aussi quatre exercices  (en page 30) : les deux premiers vont vous permettre de tester votre mémoire et les deux autres de commencer à l’entraîner. Il n’est jamais trop tard.

Edition numérique des abonnés

Les bons conseils d’Olivier Lejeune : « Apprenez trois choses nouvelles tous les jours ! »

Pour développer sa mémoire, des dizaines de méthodes existent. Nous en avons trouvé un rayon entier dans une célèbre librairie bruxelloise. On vous recommande deux auteurs. Dominic O’Brien, d’abord : cet octuple champion du monde de la mémoire est capable de retenir, par exemple, l’ordre de deux jeux de 52 cartes retournées simultanément devant lui (voir les références en bas des exercices)… La seconde méthode est celle d’un homme plus connu chez nous, l’humoriste, comédien et auteur Olivier Lejeune. Il a publié deux livres sur le sujet : "Trucs et astuces pour une mémoire au top" et "Mémoire d‘éléphant", chez Hachette. Olivier Lejeune a accepté de donner quelques conseils aux lecteurs du "Soir mag". Dans un spectacle qu’il joue toujours aujourd’hui, ce gentleman de 66 ans demande aux spectateurs de lui donner une liste de 100 mots. Il les retient, est capable de les réciter dans les deux sens, voire même d’en extraire à la demande le numéro 43 par exemple ! « C’est une question de méthode. Ma petite fille de 8 ans est capable aussi de retenir une longue liste de mots. Et elle en est fière. Elle m’a dit qu’on la prenait pour un génie dans son école ! Mais tout le monde ou presque est capable de mémoriser beaucoup de choses avec un peu de méthode et d’entraînement. La mémoire, cela se travaille au quotidien. Personnellement, je fais cela depuis 58 années ! » Olivier Lejeune, qui donne aussi des cours en entreprise en Suisse et en France, pour améliorer la mémoire des employés, se dit d’abord persuadé de l’impact négatif des smartphones : « C’est terrible. J’ai lu que deux personnes sur dix ne maîtrisent pas leur propre numéro de téléphone. Quand on était petit, on connaissait au moins 50 numéros r cœur ! Pour le calcul mental, c’est pareil. Les gens prennent leur calculette tout le temps, même pour des opérations simples. »

Comment retenir des choses, les fixer dans son cerveau, dans sa mémoire ?

La technique est de visualiser ce que vous voulez retenir, des chiffres ou des mots, et de les associer, de les accrocher entre eux. Pour retenir un numéro de téléphone, par exemple, vous le transformez en images, en mini-clip.

Faisons un test. Voici mon numéro de GSM, comment allez-vous le retenir ?

Vos chiffres me font immédiatement penser, dans l’ordre, à un voilier, à Rouen, à Jeanne D’Arc, à la Vendée, à la Bretagne, à cause des numéros de département par exemple. Pour le dernier nombre, 97, que je retiendrais à cause du "nonante-sept" que vous venez de prononcer, je vais tout de même tuer Jeanne d’Arc trois ans avant ses 100 ans. J’invente une histoire. Je vous emmène en bateau avec Jeanne d’Arc en passant par la Vendée et la Bretagne, puis je la tue trois ans avant ses 100 ans. Cette histoire sera accrochée à votre nom. (En fin d’interview, il répétera notre numéro de GSM complet sans aucune hésitation !)

Edition numérique des abonnés

Vous connaissez tous les numéros de votre répertoire par cœur ?

Je ne regarde jamais mon répertoire ! Et je connais encore tous les numéros des comédiens avec qui j’ai joué, par exemple.

Comment améliorez ses capacités de mémoire ?

Soyez acteur de votre mémoire, pas spectateur. Concentrez-vous sur ce que vous voulez retenir. Transformez-le en histoire. Vous pouvez aussi fermer les yeux pour mieux vous concentrer. À côté de cela, selon mon expérience, des facteurs très concrets améliorent votre mémoire : ne buvez pas d’alcool mais beaucoup d’eau et dormez beaucoup. Le sommeil permet de fixer les choses. C’est très important.

Quels entraînements quotidiens préconisez-vous ?

Je conseille d’apprendre trois choses nouvelles chaque jour, pour entretenir sa capacité de mémorisation. Cela peut être trois vers d’un poème, des numéros de téléphone ou autre. Je recommande aussi de garder des activités cérébrales régulières, comme jouer au scrabble ou au bridge. Et sans doute de moins regarder la télé ! Les séries télé surtout, qui ne finissent jamais, tuent la mémoire. Ne regardez plus "Plus belle la vie" ! France 3 va me détester ! Mais c’est vrai, notre cerveau a besoin de chapitres, d’éléments clos. Les feuilletons télé, c’est une vis sans fin !

Faut-il s’inquiéter dès que l’on ne se souvient plus d’un mot ou d’un nom ?

Non, c’est même quelque chose à utiliser. Laissez votre cerveau faire la recherche, passez à autre chose, ça vous reviendra. Et ne prenez surtout pas l’habitude de plonger immédiatement sur Google. Laissez votre cerveau faire le boulot.

Un petit exercice pour la route ?

D’accord. Quelque chose qui marche très bien, notamment chez les personnes âgées. Je leur demande de se souvenir de la maison de leurs grands-parents ou de la maison où ils passaient leurs vacances quand ils étaient enfants. Comment était la porte d’entrée ? Comment était la cuisine, la chambre ? Des souvenirs enfouis dans votre mémoire, parfois des plus insignifiants, vont remonter à la surface, alors que l’on n’y a plus pensé depuis 40 ou 50 ans. Voilà le pouvoir extraordinaire de la mémoire !

Olivier Lejeune.
Olivier Lejeune.