Impitoyable et arrogante: le vrai visage de Kate

Isopix
Isopix

« Job de rêve, devenez maintenant la secrétaire privée de Kate Middleton » annonçait en mars dernier la presse britannique suite à la démission de sa secrétaire personnelle, Rebecca Deacon. Un job de rêve, vraiment ? Sous le titre prestigieux d’un tel emploi se cacherait une tout autre réalité. Travailler pour l’épouse du prince William ne serait finalement pas si idyllique que cela. Car quelques mois après l’annonce du départ de Rebecca, pourtant au service de la famille royale britannique depuis plus de dix ans, c’est une autre employée du couple qui vient de claquer la porte. Découvrez la suite de cet article dans votre Soirmag+, à télécharger ici : www.soirmagplus.be

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. La vigilance s’impose avant l’achat d’un bien pour ne pas être dépassé par des coûts imprévus.

    Vices cachés: l’acheteur démuni face aux mauvaises surprises

  3. LE FIGARO

    La Pakistanaise Asia Bibi, la nouvelle icône des chrétiens opprimés en terres musulmanes

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite