Macron refuse l’interview du 14 juillet pour cause de «pensée complexe»

BELGAIMAGE
BELGAIMAGE - BELGAIMAGE

L’Elysée a annoncé que l’actuel président français, Emmanuel Macron, comptait rompre avec la tradition en refusant l’interview télévisée du 14 juillet, jour de la fête nationale en France. Une nouvelle percutante puisque tous les présidents de la République s’y sont pliés depuis Giscard d’Estaing, à l’exception de Nicolas Sarkozy.

En accord avec ce qu’il avait annoncé, Emmanuel Macron souhaite raréfier la prise de parole présidentielle et entend s’adresser aux Français lors du Congrès réunissant le Parlement à Versailles début du mois de juillet. Selon son entourage, « le président de la République aura eu l’occasion de s’exprimer largement devant la Nation » à ce moment-là, aux travers de ses Parlementaires. Comme l’explique Le Monde, le président français souhaite que ce discours soit comparable à celui sur l’état de l’Union du président américain.

D’ailleurs, Emmanuel Macron passera le 14 juillet en compagnie du président américain, Donald Trump, après avoir reçu, il y a peu, son homologue russe, Vladimir Poutine.

Une « pensée complexe »

« Nous nous sommes interrogés sur la forme que pourrait prendre l’intervention, mais son penchant était d’aller vers la forme la plus solennelle », assure son entourage. Le président se préfère donc seul à une tribune, loin des journalistes et sans possibilité d’être contredit.

Si, au départ, l’entourage de l’actuel chef d’État français prétendait simplement souhaiter changer les modes de communication habituels ; certains à l’Elysée auraient déclaré au journal Le Monde qu’« il n’y a pas de refus d’obstacle avec la presse » mais que la « pensée complexe » du président se prête mal au jeu des questions-réponses avec les journalistes.

Une justification surprenante alors qu’il avait assuré, il y a quelques jours, devant les caméras de l’émission Quotidien, après avoir interrompu sa promenade à vélo, qu’il répondrait aux questions d’actualité le 14 juillet prochain.

Contrairement à ses prédécesseurs, Emmanuel Macron n’a, pour l’instant, pas pris la parole face aux journalistes depuis son élection ; excepté lors d’une interview, donnée à huit journaux européens en même temps pour exposer sa politique étrangère. Et il ne semble donc guerre disposé à la prendre souvent face caméra.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern