Disneyland Paris s’excuse d’avoir refusé qu’un petit garçon se déguise en princesse

©DR ( Le petit Noah, 3 ans, en princesse)
©DR ( Le petit Noah, 3 ans, en princesse)

Le parc a provoqué la colère d’une mère britannique après avoir empêché son fils, Noah, âgé de 3 ans, de participer à l’activité « Princesse d’un jour », réservée aux petites filles. Dans une lettre ouverte postée sur son blog le 30 août dernier et intitulée « Pourquoi mon fils ne pourrait-il pas être une princesse à Disneyland ? », Hayley Mc Lean-Glass, dont le fils est passionné par la Reine des Neiges, s’est révolté contre la décision du parc d’attractions, ce qu’elle estime être une injustice.

« Mon fils n’est pas autorisé à vivre les mêmes expériences que les petites filles qui viennent à Disneyland juste parce qu’il est un garçon. Si une petite fille veut être un superhéros, elle peut l’être. Si elle veut être un jedi, elle peut l’être. Elle peut être tout ce qu’elle veut. Comme Walt Disney le disait lui-même ’Si tu peux le rêver, tu peux le faire !’. À part si tu es un petit garçon qui veut devenir une princesse à Disneyland apparemment  », a expliqué la jeune maman sur son blog.

Face à la polémique, le parc réagit

Partagé plus de 1.500 fois sur Facebook, le message de cette jeune maman a rapidement fait réagir les responsables du parc de Seine-et-Marne. Dans un commentaire publié ce jeudi 31 août, Hayley McLean Glass a fait savoir que Disneyland Paris, soucieux de conserver une bonne réputation, a pris contact avec elle, afin de présenter ses excuses. «  Ils ont dit qu’ils enquêteraient sur ce qu’il s’est passé, et que Noah pouvait participer à l’activité. Je leur ai demandé de clarifier leurs propos, pour que TOUS les petits garçons puissent le faire  », a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

Depuis la polémique, l’équipe du parc a rapidement corrigé l’erreur dans le descriptif de l’activité. La phrase « réalisez le vœu de toute petite fille » a été remplacée par « réalisez le vœu de tout enfant  ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Tableau: Napoléon au mur du salon

    Mathieu Golinvaux

    L’Empereur sur son lit de mort à Sainte-Hélène, la toile du peintre flamand Joseph-Denis Odevaere fait le bonheur d’une famille bruxelloise.