Nouvelle tendance: des assurances très spécialisées

Nouvelle tendance: des assurances très spécialisées

Depuis cette rentrée, la société AG Insurance propose sur le marché belge une série de produits innovants et très spécialisés. Une nouvelle approche du marché de l’assurance, axée sur les besoins spécifiques des Belges, en particulier des familles, explique la compagnie d’assurances qui lance cette gamme de produits baptisés Vivay. Punchline : rendre « l’esprit tranquille » à ses clients. La démarche est novatrice dans ce secteur plutôt traditionnel. Une assurance pour la maison, une autre pour la voiture, éventuellement une assurance familiale, et c’en est assez pour beaucoup de ménages.

AG propose d’aller beaucoup plus loin en mettant sur le marché 5 assurances très spécifiques, taillées sur mesure pour les familles, peu chères et disponibles sur internet. On trouve une assurance budget mensuel (versement d’une rente en cas de perte d’emploi, invalidité ou décès), une assurance loyer (rente si perte d’emploi, invalidité ou décès), une assurance garde d’enfant (versement d’une rente dans le cas où votre enfant est absent de l’école plus de 21 jours, après un accident ou une maladie par exemple), une assurance frais d’études (paiement des frais d’études d’un enfant en cas de décès du parent assuré) et une dernière assurance contre les cancers féminins. Ce dernier cas mérite plus d’explications : AG s’engage en fait à verser un capital fixe à toute femme assurée dès qu’un médecin découvre un cancer féminin (sein, ovaires, utérus, col de l’utérus, trompes de Fallope, vagin ou vulve). Ce contrat est accessible à toutes les femmes à partir de 18 ans.

Le prix ? Comme pour les autres contrats évoqués plus haut, on parle de sommes relativement faibles : la prime mensuelle à verser commence ici à 4 euros par mois (pour une femme de moins de 40 ans, 8 euros au-delà) pour un capital fixe de 5.000 euros versés en cas de maladie (*).

Les Belges inquiets

Ces nouvelles assurances répondent visiblement à des attentes de la clientèle. AG se base notamment sur une étude réalisée en ligne auprès d’environ 4.500 lecteurs du « Soir », de « Sudpresse », « Vlan » et « 7Dimanche ». Il ressort de ce sondage que, de manière générale, les répondants souhaitent être mieux assurés face aux risques de la vie. Leurs inquiétudes portent surtout sur la sécurité, la maladie, le décès de leurs proches et les problèmes financiers. Un sondé sur cinq est ainsi particulièrement inquiet à l’idée de perdre son emploi, ses revenus ou d’éprouver des problèmes financiers en cas de maladie ou d’invalidité. Dans le détail encore, trois répondants sur dix déclarent qu’ils ne s’en sortiraient pas financièrement s’il arrivait quelque chose à leur partenaire.

Plus spécifiquement, 11 % des répondants se sont déjà retrouvés dans l’incapacité de payer leur loyer. Il apparaît que quatre locataires sur dix ne seraient en outre pas capables de payer leur loyer plus de 6 mois en cas de perte de salaire. En particulier, les femmes, les isolés et les familles monoparentales seraient les premiers à subir des problèmes de paiement. Il apparaît aussi dans cette étude que les parents sont naturellement inquiets pour leurs enfants : 71 % d’entre eux se font du souci pour leur avenir et 85 % souhaitent dès lors qu’ils obtiennent un bon diplôme. Les études sont cependant perçues comme une lourde charge financière et 1 parent sur 4 éprouve des difficultés à les financer. Plus directement, 41 % des parents craignent que, pour des raisons d’argent, leurs enfants ne puissent terminer leurs études si un des parents venait à décéder. Il ressort aussi que 33 % des familles avec enfant(s) de moins de 12 ans sont très inquiètes à l’idée que leur enfant tombe gravement malade. Si c’était le cas, 76 % des parents souhaiteraient arrêter de travailler pour prendre soin de leur enfant, la moitié craignant de ne pas pouvoir le faire financièrement. Enfin, le sondage indique que 23 % des femmes sont très inquiètes à l’idée de contracter une maladie grave.

(*) Tous les détails sur www.vivay.be/

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous