Yolande: «Je fais la pute, je ferme ma gueule et je suis moins chère qu’une pute»

Yolande: «Je fais la pute, je ferme ma gueule et je suis moins chère qu’une pute»

Cela ressemble à une légende urbaine... et pourtant, se prostituer est tout ce que Yolande (pseudo), comptable de formation, aujourd’hui sans domicile fixe, a momentanément trouvé pour survivre. Elle végète depuis deux ans dans les replis de la gare du Nord, à Bruxelles. « Basculer arrive plus vite que vous ne le pensez. Jamais je n’aurais imaginé vivre un jour sous les ponts. Ma descente aux enfers a débuté lorsque j’avais 38 ans. Après un grave accident de travail, je me suis retrouvée en incapacité d’exercer. Mon mari buvait et me frappait. J’ai donc fui le domicile conjugal. Mais, rapidement, mon allocation d’invalidité n’a plus suffi à couvrir mes frais. Avec 650 euros par mois, je n’ai plus su payer mon loyer. Et de fil en aiguille, surendettement, huissiers, avis d’expulsion, je me suis retrouvée à la rue. La déchéance totale, enfin, je pensais. »

Éloigner les prédateurs

Être une femme SDF, c’est très dur. Yolande va vite le comprendre. Elle ne peut pas rester seule si elle veut que sa sécurité soit assurée. « Je ne pouvais pas traîner indéfiniment, j’allais me faire agresser. L’instinct de survie se met alors en route. J’ai sympathisé avec d’autres sans-abri. Essentiellement des hommes, simplement parce qu’il y a plus d’hommes que de femmes dans l’errance. Au début, ils me protégeaient effectivement, ils étaient aux petits soins avec moi. Mais ils ne m’ont pas protégée d’eux-mêmes bien longtemps. J’avais beau dire “Ça ne m’intéresse pas”, “Ne me touche pas”, j’ai rapidement été violée, et à plusieurs reprises. Il faut savoir que dans la rue, toutes les femmes SDF se font violer, sans exception ! Si l’appel de l’alcool est le plus fort, certains vous fichent la paix contre quelques euros pour aller acheter leur litron. Mais il y en a toujours l’un ou l’autre qui voudra vous passer sur le corps. »

Yolande va vite accepter la dépossession de soi. Elle est, à tout moment, une proie potentielle. « Cheveux très courts, une casquette, deux gros pulls et un pantalon de treillis kaki, je fais tout pour atténuer mon aspect féminin et passer inaperçue. La répugnance est aussi ma cartouche : odeurs, saleté, tout est bon pour rebuter leurs pulsions et repousser les assauts. Mais tous les jours, à la tombée de la nuit, les angoisses remontent. Il y a très peu de lieux d’hébergement et même là, si ce sont des dortoirs mixtes, la sécurité n’est pas garantie à 100 %. »

Prostitution contre protection

Une énième mésaventure va pousser la jeune femme à faire d’autres choix. « Il était 4 heures du matin. Je n’avais pas encore réussi à trouver un coin tranquille pour me reposer quelques heures. Deux jeunes toxicos sont arrivés. Ils m’ont pris mon sac et m’ont forcée à les suivre si je voulais le récupérer. Ils m’ont poussée sous le porche d’un restaurant fermé. L’un des deux a sorti un couteau. Il voulait un rapport sexuel. La rue était déserte. Crier ou me débattre n’aurait servi à rien. Je me suis laissé faire et j’ai récupéré mes affaires. À partir de ce jour-là, je me suis dit que si les règles du jeu étaient celles-là, je ne serais plus le pion. Je voulais maîtriser la partie. Quitte à devoir y passer, autant choisir avec qui et pour un toit. Aujourd’hui, lorsque j’en ai assez de dormir dans la rue, surtout l’hiver, j’accepte de rendre des “services sexuels” à des vieux qui m’hébergent pour quelques jours, le temps de les divertir. Comme m’a dit l’un de ces types un jour : “Je fais la pute, je ferme ma gueule et je suis moins chère qu’une pute.” Cela m’a profondément choquée. Mais, quand on n’a pas le choix, on accepte d’être humilié et de s’humilier soi-même. Ces mains inconnues qui vous touchent, l’impression d’être un bout de viande… L’envie de vomir ne me quitte jamais, les nerfs sont à fleur de peau, mais en attendant, je peux me laver, je suis dans un vrai lit et quand j’ai un peu de chance, je repars aussi avec un billet de 20 euros. Je ne sais pas de quoi demain sera fait. Seule certitude : J’ai appris que la frontière est mince entre les murs de votre toit et les pavés du trottoir… »

“Les femmes ont des besoins spécifiques”

« S’il n’est pas question d’établir un classement de la misère, nous explique Mathilde Pelsers, fondatrice de l’asbl Corvia qui vient en aide aux sans-abri, il faut bien reconnaître que le sans-abrisme au féminin est une situation spécifique qui demande des réponses spécifiques. En janvier dernier, nous avons réalisé une enquête auprès d’une centaine de femmes vivant dans la rue. Même si elles tentent de fréquenter des lieux sûrs (bibliothèques communales, parcs publics, centres commerciaux, etc.) ou de rester à proximité de caméras de vidéosurveillance, 79,92 % d’entre elles ne se sentent pas en sécurité. » L’association possède une maison au 444 boulevard Lambermont, à 1030 Bruxelles, qui abrite des douches, une cuisine et quelques chambres. Une initiative qui s’est enrichie de projets plus précis qui répondent à un réel besoin : love room, frigo solidaire, boutique de vêtements et trousse de protection préventive.

Une trousse de protection préventive

Lorsqu’elles font la manche, les femmes attirent plus souvent la sympathie que les hommes et elles gagnent, en moyenne, trois fois plus d’argent par jour. Mais ce premier contact, sous le couvert de l’humain, est très souvent une “entrée en matière” pour se voir proposer un rapport sexuel. « Nous avons donc conçu une trousse de protection. Six cents “bananes” contenant un système d’alarme, un sifflet puissant et tous les numéros de secours d’urgence ont déjà été distribuées. »

Une garde-robe et un réfrigérateur ouverts

Si vous avez des excédents alimentaires, pensez aux frigos solidaires. L’idée est très simple : apportez votre nourriture en trop, ouvrez la porte des frigos transparents et déposez-la. « En un an, nous avons déjà récolté plus de 22 tonnes de fruits, de légumes, de viande et de plats préparés. Les donateurs sont des voisins, mais aussi des bouchers, des services traiteurs et des épiceries. Miss SDF 2010 s’occupe, quant à elle, de la boutique de vêtements. Les sans-abri peuvent venir s’y fournir et le “décompte” ne se fait pas avec de l’argent, mais par le biais d’un échange de services. Douze prestations bénévoles leur sont proposées au choix.

Adresse : 444 boulevard Lambermont, 1030 Bruxelles - Frigos ouverts non-stop - Garde-robe : chaque mardi et jeudi de 16 à 19 heures.

Une love room pour encadrer l’amour sauvage

Faute de couverture contraceptive, le taux de grossesse est en augmentation chez les femmes de la rue. Il a progressé de 13 %. Certaines femmes sans-abri y voient un moyen pour contourner les difficultés d’accueil. Lorsqu’une femme est enceinte, elle est prioritaire. Mais dès la naissance, l’enfant sera abandonné et la SDF va retomber à nouveau enceinte. Où faire l’amour avec un minimum d’intimité et de sécurité ? C’est la question que Marie-Thérèse Van Belle, Miss SDF 2010, a posée à l’asbl Corvia. L’association a alors entrepris d’ouvrir à Schaerbeek une “love room” gratuite, une ancienne cabane de jardin, transformée pour l’occasion. Les couples de sans-abri s’y retrouvent pour y vivre une sexualité normale dans l’hygiène et avec des moyens de contraception mis à disposition.A.d’A.

Marie-Thérèse, Miss SDF 2010, s’occupe de la boutique de vêtements et de la love room. Disponible sur place également, des “frigos solidaires” où l’on peut venir déposer ses surplus.
Marie-Thérèse, Miss SDF 2010, s’occupe de la boutique de vêtements et de la love room. Disponible sur place également, des “frigos solidaires” où l’on peut venir déposer ses surplus.

Pour réserver la chambre : asbl Corvia – www.vzw-asbl-corvia.be . Tél. 0800.555.02 (numéro d’appel gratuit).

 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il y a quatre ans, à Bakou, la délégation belge comptait 117 membres. A Minsk, elle n’en recensera que 49.

    Les Jeux européens, une compétition qui a du mal à trouver sa place

  2. Raoul Hedebouw ici lors d’un débat à la Chambre en septembre 2016. Il y avait 2 élus PTB dans l’hémicycle, il y en aura 12 désormais. © Belga.

    Elections 2019: le parlement fédéral, plus extrême, plus polarisé, plus séparatiste

  3. Le réseau d’accueil compte actuellement un peu plus de 23.000 lits alors que le budget annuel correspond au réseau structurel de 16.000 places.

    La Cour des comptes épingle Fedasil

Chroniques
  • Gare à regarder la Flandre en se pinçant le nez!

    La première scène prend place il y a quelques années, à la rédaction du Soir à la veille d’élections communales. Vient le cas d’Anvers et une grosse discussion surgit. Le journal va publier les visages des différentes têtes de liste, mais quid de Filip Dewinter pour le Vlaams Blok ? La rédaction est très divisée : une partie trouve ridicule de ne pas publier le visage de celui qui est au cœur des enjeux – « arrêtons de faire l’autruche ». L’autre s’insurge et rappelle que le cordon sanitaire implique un cordon médiatique : la règle est de ne jamais publier de photos de membres de partis extrémistes, sauf s’ils sont en situation « judiciaire ». La rédaction en chef tranche – on ne publiera pas de photo de Filip Dewinter –, mais elle rappelle aux intransigeants que « l’autre camp » partage les mêmes valeurs : c’est la méthode pour couvrir journalistiquement l’extrême droite qui fait débat, pas le combat à mener contre ces partis.

    La seconde scène se déroule après ces fameuses élections qui ont vu une montée en puissance très...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite