Accueil Actu Soirmag

Couverture sur Bertrand Cantat: Les Inrocks répondent à la polémique par une longue lettre

Le magazine évoque « de sincères regrets ».

Temps de lecture: 3 min

Il aura fallu une semaine au magazine français pour réagir. Une semaine de polémiques après la diffusion de leur couverture consacrée à Bertrand Cantat, condamné à huit ans de prison pour avoir porté des coups mortels à sa compagne Marie Trintignant, en 2003. Le choix éditorial fait par Les Inrockuptibles avait provoqué un tollé sur le web où de nombreuses personnalités, dont Marlène Schiappa – la Secrétaire d’État française chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes –, avaient marqué leur profond désaccord avec cette décision.

Plus tôt ce mardi, nous vous annoncions également le choix du magazine féminin Elle de publier un édito consacré à Marie Trintignant. L’hebdomadaire réagissait ainsi à la Une des Inrocks et insistait sur la nécessité de mettre fin aux violences faites aux femmes.

« Ces messages nous ont touchés, parfois bouleversés »

Face à toutes ces critiques, la rédaction des Inrockuptibles a publié une longue lettre, ce mardi 17 octobre, dans laquelle les journalistes évoquent « de sincères regrets ».

Il était donc temps pour le magazine culturel de mettre les choses à plat. « Certains de nos lecteurs, des personnalités, des citoyens, des artistes ont exprimé publiquement, parfois de façon très virulente, leur désaccord face à ce parti pris éditorial qui a été celui de notre hebdomadaire. Nous avons également reçu, à titre personnel, des messages qui signifiaient leur désaccord, leur mécontentement, voire leur profonde déception. Ces messages nous ont touchés, parfois bouleversés », écrit l’hebdomadaire sur son site internet.

Des débats en interne

La rédaction admet avoir énormément débattu, depuis une semaine, des suites à donner à cette affaire. Et du choix qu’ils ont fait, en mettant Bertrand Cantat en couverture. « Aux ‘Inrockuptibles’, nous faisons du journalisme. C’est notre métier, notre passion. Et le journalisme exige, parfois, d’aller questionner les zones d’ombre, d’aller au-delà des frontières et des évidences, quelles qu’elles soient », expliquent les journalistes de la rédaction.

Ils reconnaissent également que cette polémique constitue désormais un précédent sur lequel se baser à l’avenir : « Tout cela nous engage et nous engagera à faire toujours preuve de vigilance dans notre façon de traiter et de mettre en scène les sujets que nous estimons importants. Pour un magazine comme ‘Les Inrockuptibles’, le retour de Bertrand Cantat à la musique en fut un. Le mettre en couverture était contestable. À ceux qui se sont sentis blessés, nous exprimons nos sincères regrets ».

Les Inrocks achèvent ce texte en rappelant que le magazine s’était toujours attelé à déconstruire la « domination masculine qui écrase les femmes » et à « relayer les idées féministes ». Néanmoins, cette lettre ne contient pas de réelles excuses quant au choix de Une que la rédaction semble assumer, envers et contre tous.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une