Argent: investir dans un kot, une bonne idée?

Argent: investir dans un kot, une bonne idée?

Avec les taux d’intérêt en berne sur les comptes d’épargne et un marché boursier instable, nombre de Belges aimeraient investir dans la brique. Mais un appartement et encore moins une maison ou un immeuble ne sont à la portée de toutes les bourses. Avec peu d’argent, il est déjà possible de placer une part de ses économies dans des projets immobiliers alternatifs : chambre d’hôtel, séniorie ou kot d’étudiant. Un bon plan ? Nous nous sommes intéressés à l’offre des kots d’étudiants en demandant à un expert de “Test-Achats invest” de nous guider. « Avec un petit montant, il est déjà possible d’investir dans une “SIR”, une société immobilière réglementée. À titre d’exemple, Xior Student Housing, une SIR spécialisée dans les kots d’étudiants, détient des immeubles pour logements d’étudiants en Belgique (55 %) et aux Pays-Bas (45 %) », explique Stefan Pintjens, conseiller en investissements chez “Test-Achats”. « Les actions en Bourse se négocient à partir de 39-40 euros, avec un beau rendement de dividende, plus de 2 % net. Et vous n’avez pas de soucis de location ou d’entretien. » Si vous avez plus d’argent, il est également rentable d’acheter un kot existant ou en construction.

Ainsi, plusieurs projets de promoteurs ont fleuri dans différentes villes universitaires. Intéressant, à condition de bien se renseigner sur les conditions de vente, les frais, puis sur l’exploitation ultérieure des kots. « Si vous prenez vous-même en charge la mise en location de votre bien, vous devez tenir compte de la charge administrative que représente la remise annuelle de votre bien sur le marché. Et il faut compter avec la concurrence que peuvent se faire les différents bailleurs, ce qui peut peser sur les loyers demandés », explique “Test-Achats invest”. Le magazine a également comparé les avantages et inconvénients d’un investissement dans un kot par rapport à celui dans une séniorie ou dans une chambre d’hôtel. Verdict ? « Acheter un kot d’étudiant est juridiquement ce qu’il y a de plus simple. C’est aussi l’opération qui se rapproche le plus de la transaction classique sur le marché résidentiel », explique “Test-Achats invest”. « Sur le plan du risque et de la transparence, ce type de placement se distingue (dans le bon sens) des autres formules d’investissement. » Investir dans une chambre d’étudiant peut donc être l’occasion de diversifier votre portefeuille, en sachant que ce marché immobilier ne garantit pas forcément une plus-value lors de la revente. « Alors qu’il y a quelques années, la demande de kots ou de logements d’étudiant dépassait largement l’offre, la situation n’est plus tout à fait la même aujourd’hui, surtout à Bruxelles. En effet, de nombreuses villes estudiantines et promoteurs ont investi dans la construction de nouveaux logements », dit-on à la banque Nagelmackers.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern