Conflit avec son homonyme carolo: le Musée de la photographie de Bruxelles devient le Fusée de la monographie

Le Fusée de la motographie de Bruxelles. Crédit
: DR/Wiels
Le Fusée de la motographie de Bruxelles. Crédit : DR/Wiels

« Fusée de la motographie » : voilà le nouveau petit nom de l’expo nomade installée depuis le mois de septembre au Wiels, à Bruxelles et qui a pour objet la photographie. Cette exposition itinérante est organisée par l’ASBL Recyclart, une association en conflit avec le Musée de la photographie de Charleroi depuis une dizaine de jours.

Nos confrères de la RTBF révélaient ainsi que l’institution carolo n’approuvait pas que l’exposition bruxelloise puisse utiliser le titre de « Musée de la photographie » pour désigner son exposition. Le musée de Charleroi avait alors expressément demandé, via courriers d’avocats, à Recyclart de bien vouloir abandonner cette appellation. Les risques : une astreinte de 500 euros pour chaque utilisation du nom sur papier ou sur le web.

Dans un communiqué, le Musée de la photographie de Charleroi précisé qu’il ne revendique aucunement le monopole de la photographie en Belgique que ce double emploi des termes « Musée de la photographie » porterait préjudice à son image. Une confusion pourrait se créer dans esprits du visiteur, d’autant que les deux institutions ne sont point liées.

Pour répondre à la demande carolo, l’association Recyclart a donc joué la carte de l’humour. Finies les astreintes potentielles. Néanmoins, l’ASBL précise qu’elle n’est pas « d’accord avec les exigences et revendications du Musée de la photographie de Charleroi » mais qu’elle rend les armes car elle n’a « ni les moyens, ni l’envie de mener cette affaire en justice ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern