Alcool en hausse et libido en berne… deux signes avant-coureurs d’une rupture

Alcool en hausse et libido en berne… deux signes avant-coureurs d’une rupture

«Ça y est, c’est fini. Me voilà seule. Après avoir été deux. Des années de couple réduites en miettes. Il n’en reste que cette douleur et ce vide. Je dois à nouveau affronter l’angoisse de la solitude. Bien sûr, il y a la famille, les amis, les collègues… mais ce n’est pas pareil. Un couple est unique et rien ne peut le remplacer. Je me retrouve face à l’inconnu. Je ne sais comment m’y prendre. Je ne sais pas où j’en suis. Comment en suis-je arrivée là? J’ai donné le meilleur de moi-même pour construire cette relation, j’ai investi toute mon énergie dans nos projets et j’ai fait tant de sacrifices… J’y croyais vraiment cette fois-ci. Mes efforts n’ont pas suffi. C’est un échec lamentable», confie une femme en souffrance qui veut rester anonyme. Voulue ou subie, la fin d’une histoire d’amour est une épreuve douloureuse, si pénible qu’elle est souvent perçue comme une des expériences les plus difficiles de la vie. Quitter la personne aimée fait souffrir, fragilise, déprime. Si l’on croit Marcel Bernier et Marie Hélène Simard, cette épreuve est même une des raisons majeures de consultations en psychothérapie. Aujourd’hui, les deux psychologues canadiens signent La rupture amoureuse, un ouvrage dans lequel ils décryptent chaque étape de la rupture et donnent mille conseils pour traverser l’épreuve, tourner la page et redevenir libre. Parmi les 11 chapitres du livre, ils en consacrent un aux signes avant-coureurs de la fin d’une histoire d’amour et ce décryptage est important car il aide à faire le point sur la relation. Mieux encore: «Prendre conscience de certains problèmes pourrait permettre d’éviter l’ultime séparation», écrivent Marcel Bernier et Marie Hélène Simard.

Une mauvaise communication

Dans son couple, Monique a tendance à se taire, persuadée que l’amour se passe de mots tandis que Fabrice partage ses sentiments, ses joies comme ses peines, sans oublier ses reproches et critiques, ce qui fait souffrir Monique. La jeune femme souffre d’autant plus qu’elle ne confie pas sa façon d’envisager une relation d’amour. L’incompréhension grandit au sein de ce couple. Ce témoignage permet aux deux psys canadiens d’expliquer combien la mauvaise communication est nuisible dans le couple et à l’inverse combien une bonne communication permet de traverser les difficultés de la vie. Et celle-ci doit être optimale dans la forme comme dans le fond. Les «Tu ne fais rien pour m’aider ave les enfants!», «Tu ne fais rien dans le ménage, j’en ai marre.» «Tu n’as jamais envie de faire l’amour» sont typiques d’une mauvaise communication et doivent impérativement être remplacés par «J’aimerais que tu participes plus souvent aux tâches ménagères». L’emploi du je et non du tu accusateur favorise une meilleure compréhension. Il n’accuse pas, explique, tout en permettant à l’autre de développer sa compassion. «Chaque partenaire doit jouer à la fois le rôle d’interlocuteur et d’auditeur. Il est tout aussi important d’exprimer ses sentiments que d’avoir la capacité d’écouter l’autre», soulignent les auteurs.

Des disputes mal gérées

Ce n’est pas le nombre de disputes qui peut renseigner de l’état d’une relation mais la façon dont un couple se dispute. Il ne faut pas oublier qu’un conflit n’est pas forcément négatif; il peut être l’occasion de mieux se comprendre et de se rapprocher. Mais attention!, des querelles très nombreuses peuvent témoigner que le couple gère mal ses différends et oppositions. En fait, il ne faut pas s’attacher aux détails qui sont reprochés lors d’une dispute mais voir ce que ceux-ci révèlent. Ainsi Yoann et Lydia se disputent fréquemment: elle reproche à son mari de ne pas l’appeler régulièrement et lui répond qu’elle appelle toujours au mauvais moment, quand il est en réunion ou au restaurant avec un collègue. Mais le fond du problème de Yoann et Lydia n’est pas la fréquence des appels téléphoniques mais le fait que Yoann a accepté un travail qui l’éloigne de sa famille pendant toute la semaine et que Lydia ne veut pas de ce style de vie. Leurs disputes peuvent ainsi être l’occasion de faire le point sur leur choix de vie.

Une libido mise à mal

La baisse du désir de l’autre et la diminution du nombre de relations sexuelles peuvent être les signes d’un couple en difficulté. Cependant, il faut chercher à comprendre cette évolution de la sexualité liée peut-être à la vie mouvementée d’un couple qui doit gérer le boulot, les enfants, les amis comme aux tensions et disputes peu propices aux câlins. Encore une fois, les facultés de communiquer sont essentielles, même pour améliorer la vie intime.

La politique de l’autruche

Quand un couple bat de l’aile, certains peuvent choisir d’éviter le conflit en se plongeant dans le travail, en mangeant plus que de raison, en abusant de l’alcool, en conduisant trop vite… Ces attitudes fuyantes ne sont pas la fin de la relation, expliquent Marcel Bernier et Marie Hélène Simard, mais sont les signes d’une insatisfaction par rapport à la relation.

La persistance de l’inconfort

Refuser de faire une thérapie conjugale peut être le signe d’un couple en difficulté car si une relation heureuse implique l’acceptation des différences de l’autre, il est aussi important de faire des efforts pour changer des attitudes ou comportements négatifs chez soi car ceux-ci prouvent l’attachement à la relation.

La perte d’estime de soi

Sur les conseils de son conjoint, Jeanne a choisi d’arrêter son travail pour se consacrer à ses trois enfants mais celui-ci a commencé à devenir de plus en plus critique envers elle, lui faisant les reproches d’un repas non prêt, d’une course non faite… Peu à peu, Jeanne s’est mise à douter d’elle-même. Les auteurs de La rupture amoureuse donnent ce témoignage pour insister sur le fait que des reproches répétés peuvent abîmer la relation comme la confiance en soi. Et les deux psys d’expliquer que le succès d’une relation amoureuse dépend énormément de la motivation, de l’envie des deux partenaires de réussir leur vie commune et de leur capacité à communiquer.

La rupture amoureuse

Dans leur ouvrage, les deux thérapeutes de couple ne se contentent pas d’épingler les éléments qui peuvent annoncer une rupture, ils passent en revue chaque étape, depuis ces premiers signes jusqu’à la fin du couple. À travers des témoignages glanés au cours de leurs consultations et des analyses cliniques, ils expliquent en langage simple quels sont les moments cruciaux d’une vie à deux, comment prendre une décision éclairée, comment dire la rupture aux enfants et à la famille, comment ne pas rester enlisé dans une rupture, comment s’engager à nouveau. Ils envisagent la façon dont les hommes et les femmes vivent généralement ces ruptures, donnent des trucs et astuces pour bien vivre la séparation qu’ils assimilent à un véritable deuil. L’ouvrage est aussi pratique que sensible.

La rupture amoureuse est paru aux éditions Eyrolles, 174 p., 18 euros.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern