Comment retrouver le désir?

Comment retrouver le désir?
belga image

Souvent nos vies se réduisent à une ritournelle. Le « métro boulot marmot dodo » nous fait oublier le bonheur d’aimer l’homme que nous avons choisi. Une fois installées dans une relation de couple, nous sommes nombreuses – et c’est pareil pour les hommes – à négliger cette partie pourtant essentielle de nos vies, comme si le désir, le plaisir et l’amour allaient de soi et ne devaient pas être entretenus.

La sexologue belge Julie Du Chemin, fondatrice de l’Académie des arts de l’amour, anime des soirées aux cours desquelles elle prodigue mille et un conseils pour que, à côté de nos talents de bosseuse et travailleuse, mère et ménagère, infirmière et cuisinière, etc., etc., nous puissions (re)développer celui d’amante !

Installées dans un couple, les femmes ont tendance à oublier leur vie amoureuse ?

Avec l’éducation des enfants, la gestion du ménage, l’organisation des soirées avec les copains, les sorties avec les amis, les cours de sport et toutes les autres charges et activités de notre quotidien, nous n’avons plus le temps, si ce n’est l’élan, de vivre des moments érotiques avec notre compagnon qui lui-même se transforme souvent en mari plan-plan. Nous perdons le désir progressivement. Insidieusement. Pourtant, nous sommes toutes d’accord pour dire « Qu’est-ce que ça fait du bien d’être amoureuse et pleine de désir ! » En tant que sexologue mais aussi femme et mère ayant vécu de très longues années en couple, je pense qu’il est possible de rester longtemps une maîtresse inspirée et inspirante.

Ce désir qui s’est atténué au fil des ans, peut revenir ?

Bien sûr. Nous pouvons développer ce que j’appelle le « muscle du désir » qui s’est progressivement atrophié. Et la volonté de faire revenir le désir survient quand nous prenons conscience que nous avons laissé de côté la maîtresse que nous étions au début de la relation. Ou quand le partenaire le demande.

Que peut-on faire pratiquement pour rebooster le désir ?

On peut réactiver son désir par des actions concrètes. Je vous en citerais quelques-unes. Quand vous vous douchez ou que vous vous mettez de la crème sur le corps, vous pouvez le faire de façon voluptueuse plutôt que mécanique. En le faisant de manière sensuelle, vous vous reconnectez à votre désir, vous vous mettez en état de désir. Vous pouvez également activer votre désir par les pensées en lisant des histoires qui titillent votre libido et vous feront imaginer des scénarios érotiques avec votre compagnon. Ouvrir son imaginaire érotique n’est pas forcément facile mais c’est pourtant à la portée de tout le monde. Vous pouvez également activer vos émotions et envoyer pendant la journée des messages coquins à votre compagnon. Il y a encore mille et une autres façons pour réveiller le désir que je développe au cours de soirées « luxe et volupté ».

Des livres existent qui nous disent comment réveiller le désir. Par rapport à ces publications, quels sont les avantages des soirées « Redevenez la maîtresse de votre mari » que vous organisez et animez ?

Lors de ces soirées, les femmes peuvent discuter en direct avec la sexologue que je suis. Je peux répondre à leurs questions et leur donner des explications adaptées à leur vie, leurs soucis. Nous allons également dans le concret ; je peux expliquer comment faire un massage sensuel pour le couple ou comment jouer avec un bandeau. Et puis ces soirées sont des moments de partage entre femmes et nous pouvons évoquer ensemble nos expériences et confier aux autres les façons que nous avons trouvées pour réveiller notre désir. Nous sommes entre femmes et cela favorise la complicité.

La prochaine soirée « Re-devenez la maîtresse de votre mari » se donne au café Callens, 480 Avenue Louise à Bruxelles. De 19h00 à 22h30. Places limitées et réservées aux femmes (40 personnes). Prix : 75€ par personne (incluant conférence, verre de bulles, softs et buffet). Offert : l’entrée au Salon de l’érotisme de Bruxelles des 2 au 4 mars. Réservation indispensable sur www.aaah.be

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern