Les 10 meilleures brasseries wallonnes

Les 10 meilleures brasseries wallonnes

Une nouvelle bible de la bière est en librairie, décrivant le travail des 110 brasseries de Wallonie. Mais quels sont les producteurs et les breuvages préférés des consommateurs avertis ? En deux livres (*), les auteurs Jean-Luc Bodeux et Thomas Costenoble dressent un portrait précis du paysage brassicole des cinq provinces wallonnes, un secteur économique en pleine expansion : le nombre de brasseries, surtout des microbrasseries, a été multiplié par trois en dix ans ! Ce développement n’est pas propre à la Wallonie ou même à la Belgique : en Europe, 1.100 nouvelles brasseries sont nées l’an dernier, pourtant le nombre d’entreprises spécialisées dans la fabrication de bières à 8.475 (contre moins de 6.000 en 2013 !), dont une grande majorité de microbrasseries ici aussi. Mais revenons à la Wallonie. « Il y a un vrai renouveau et une diversité étonnante de bières… parfois difficiles à trouver pour le consommateur lambda », expliquent les auteurs, qui réalisent ici un guide bien illustré des 110 brasseries wallonnes et de leurs abondantes mousses. On découvre notamment que le Hainaut est la province la plus densément peuplée en brasseurs : on n’en comptait plus que douze en 1985 pour une quarantaine aujourd’hui. Le Brabant wallon est la province la moins brassicole, mais on y trouve tout de même une douzaine de brasseries aujourd’hui (contre deux en 1985). Impossible ici de parler de ces 110 brasseries. Nous en avons choisi 10, en retenant celles qui sont les mieux classées sur deux références mondiales : le site de notations "Ratebeer.com" et "Untappd", le réseau social des amateurs de bières. Un classement forcément subjectif (pourquoi Orval n’y est pas ?), influencé par les goûts des utilisateurs (américains notamment). Mais les goûts et les couleurs…

1. Abbaye de Rochefort

Depuis 2015, la meilleure bière du monde n’est plus belge. Selon "Ratebeer.com", qui collationne plus de 4,5 millions de notes sur près de 200.000 bières de 16.000 brasseries (excusez du peu !), il s’agit de l’américaine Kentucky Brunch, de la brasserie Toppling Goliath, dans l’Iowa. Ce stout très noir a détrôné la Westvleteren XII, mythique trappiste flamande, toujours classée deuxième depuis lors. Dans le top 50 mondial de "Ratebeer", on ne trouve que deux autres bières belges, une autre Westvleteren (l’Extra 8, en 41e position) et surtout une trappiste wallonne, classée en 12e position mondiale : la Rochefort 10. Superbe performance pour les brasseurs de l’abbaye Notre-Dame de Saint-Rémy à Rochefort. Trois bières sortent de leur salle de brassage : la Rochefort 6 (10 % de la production), la 8 (30 %) et la fameuse 10 (60 %). La 10 est la plus alcoolisée : 11,3 %. L’abbaye de Rochefort a produit près de 50.000 hectolitres de ces trois bières l’an dernier. Fait rare dans l’univers brassicole, et chez les trappistes en particulier, les trois Rochefort sont brunes.

Belgaimage.
Belgaimage.

2. Gueuzerie Tilquin

D’autres brasseries wallonnes figurent heureusement en bonne place dans d’autres classements. Nous avons choisi celui d’"Untappd". Il s’agit ici d’une application lancée en octobre 2010 pour les amateurs de bières dans le monde entier, et qui permet de répertorier ses différentes consommations et de les coter. La première brasserie wallonne dans ce classement est la Gueuzerie Tilquin, établie à Bierghes (près de Rebecq). Il s’agit de l’unique gueuzier wallon. Les lambics, provenant de différents fournisseurs réputés (comme Boon, Cantillon, Lindemans), sont placés dans des fûts de chêne pour y fermenter de un à trois ans. Pour le produit phare de la maison, la Gueuze Tilquin à l’Ancienne, on assemble 50 % de lambics d’un an, 30 % de deux ans et 20 % de trois ans. Ces lambics mélangés refermentent alors en bouteille durant plusieurs mois. La production est de 1.400 hectolitres, pour cinq gueuzes différentes, certaines aux fruits (prunes quetsches, mûres, raisins pinot noir).

Photo David Noé.
Photo David Noé.

3. Brasserie de Chimay

La brasserie wallonne qui suit sur "Untappd" est sans doute la plus connue de la liste. Qui n’a jamais dégusté de Chimay ? À l’abbaye de Scourmont, les moines produisent de la bière trappiste depuis 1862. Et le succès est croissant. Entre 1985 et 2015, la production annuelle a été multipliée par plus que trois, dépassant aujourd’hui les 190.000 hectolitres. Cinq bières différentes sont commercialisées : rouge, bleue, blanche, dorée et bleue vieillie en barrique. Une info encore tirée des livres : chaque année, des lots millésimés de Chimay sont préservés et conservés dans les caves de l’abbaye.

Photo David Noé.
Photo David Noé.

4. Brasserie d’Achouffe

Pas moins de 200.000 hectolitres et huit bières différentes sortent chaque année de la brasserie d’Achouffe (à Wibrin), rachetée en 2006 par le géant Duvel-Moortgat. L’affaire a commencé petit : deux beaux-frères se sont mis à brasser les week-ends chez leur belle-mère à Houffalize… Aujourd’hui, la Chouffe et son logo sont vendus partout, jusque dans les bars bobos de la capitale à 4,50 euros le verre. Et s’exporte bien, jusqu’aux USA. En France, on vend désormais plus de Chouffe au fût que de Duvel !

Photo David Noé.
Photo David Noé.

5. Brasserie de Blaugies

Retour dans le Hainaut avec cette autre brasserie plébiscitée par les fans d’"Untappd" : la brasserie de Blaugies (Dour). Ici aussi, on a commencé petit : deux enseignants confectionnent des bières durant leur temps libre, puis se lancent de manière professionnelle. Leur première bière, la Moneuse (le nom d’un brigand du coin), reste la référence de la brasserie, qui a bien diversifié sa production, notamment avec la Darbyste (au jus de figue) ou la Saison d’Épeautre, l’une des bières belges les plus connues aux États-Unis. Production estimée pour 2018 : 2.500 hl.

Photo David Noé.
Photo David Noé.

6. Brasserie Fantôme

Ici aussi, voici une brasserie wallonne qui cartonne aux USA (et sur l’appli "Untappd") alors qu’elle n’est que peu connue du grand public belge. Basée à Érezée, Fantôme produit 700 hectolitres par an, bien moins que les brasseurs précédents. Le nom de la brasserie artisanale vient d’une bière proposée initialement à La Roche (célèbre pour son château médiéval et son fantôme Berthe). Parmi les bières de la maison, quatre Fantôme (une par saison), une Black Ghost (très noire), une bière au pissenlit ou une bizarre Saison verte (au thé vert et au jus d’épinard) destinée au marché japonais.

7. Brasserie Dupont

La Saison Dupont et, surtout, la Moinette sont les deux produits phares de la brasserie familiale et artisanale établie à Tourpes. Depuis 1990 déjà, une Saison bio est proposée à la clientèle et représente aujourd’hui 30 % du volume de production. Une dizaine de bières sont fabriquées sur place, pour un total de 27.000 hl. Une info encore : le nom Moinette dérive du vieux français "moëne" signifiant "marécage, lieu humide", caractéristique de la région il y a plusieurs siècles.

Photo David Noé.
Photo David Noé.

8. Brasserie Dubuisson

Dans la famille Dubuisson, on brasse depuis 1769. Voilà la plus ancienne brasserie familiale de Wallonie n’ayant jamais cessé son activité. En 1933, le brasseur crée une bière de dégustation, la Bush, qui est aujourd’hui encore la valeur sûre de la maison, déclinée en une dizaine de variétés. Autre produit bien connu : la Cuvée des Trolls. La brasserie Dubuisson (80.000 hl annuels) a planté sa propre houblonnière d’un demi-hectare à proximité, une culture qui lui fournit une (petite) partie des fleurs de houblon pour la production de bière.

Photo David Noé.
Photo David Noé.

9. Brasserie de l’abbaye des Rocs

L’abbaye des Rocs, à Audregnies, est la première microbrasserie de Wallonie, ouverte en 1979, trois ans avant la brasserie d’Achouffe. Elle produit 5.000 hl et quatre bières, dont La Montagnarde ou la Blanche des Honnelles. Le site doit un coup de pouce à Michael Jackson, pas le chanteur mais bien le critique anglais spécialisé dans les bières, qui a loué la qualité de la production locale et dopé ses ventes à l’étranger.

Photo David Noé.
Photo David Noé.

10. Abbaye du Val-Dieu

En dixième position dans notre classement des meilleures brasseries wallonnes, l’Abbaye du Val-Dieu (Aubel) propose six bières différentes (blonde, brune, triple, grand cru…), avec une production de 11.800 hl l’an dernier. Il n’y a plus de moine sur place depuis 2001 et la brasserie est assez récente dans l’abbaye (1997), installée là par quelques amateurs éclairés (dont le futur fondateur d’une autre brasserie réputée, celle de Bertinchamps à Gembloux).

(*) Jean-Luc Bodeux, Thomas Costenoble (textes) et Noé David (photos), “Bières et brasseries de Wallonie”, Vol. 2 (Hainaut et Brabant wallon), 229 p., 33 euros.
(*) Jean-Luc Bodeux, Thomas Costenoble (textes) et Noé David (photos), “Bières et brasseries de Wallonie”, Vol. 2 (Hainaut et Brabant wallon), 229 p., 33 euros.
(*) Jean-Luc Bodeux, Thomas Costenoble (textes) et Noé David (photos), Bières et brasseries de Wallonie, Vol. 1 (Luxembourg, Liège et Namur), 263 p., 33 euros.
(*) Jean-Luc Bodeux, Thomas Costenoble (textes) et Noé David (photos), "Bières et brasseries de Wallonie", Vol. 1 (Luxembourg, Liège et Namur), 263 p., 33 euros.

“Bièrez-vous ?” : faire connaître la production locale

Aussi talentueuses soient-elles, les microbrasseries ont un peu de mal à se faire connaître en dehors de leur région d’origine. Une asbl, créée en 2013, se propose de remédier au problème en organisant notamment des dégustations et un festival de la bière. Il y a quatre ans, Thomas Pesesse et Corentin Hubert, deux amis passionnés de bière artisanale, lancent “Bièrez-vous ?”, convaincus que de nombreuses petites brasseries belges réalisent un travail remarquable dans une totale discrétion. « Faute de visibilité, les productions de ces brasseries restent souvent inconnues du grand public. Notre association souhaite promouvoir ces brasseurs et privilégier le caractère rural de la boisson nº 1 des Belges au travers de diverses activités. Nous ne dépendons d’aucune fédération ni d’aucune brasserie. Nous sommes indépendants afin de ne pas se voir imposer des produits et d’avoir le loisir de varier les bières en dégustation à notre guise », explique Thomas Pesesse. Installée à Schaltin (commune de Hamois, près de Ciney et de sa cuvée !), l’association organise des séances de dégustation et d’initiation à la zythologie (la science de la bière) et des visites de brasseries. Elle propose aussi aux entreprises des activités autour de la bière (team building) et organise chaque année en août le festival “Bièrez-vous ?”, fête de la bière produite dans les microbrasseries et des produits du terroir. Intéressant aussi : “Bièrez-vous ?” vend des colis de bières artisanales sélectionnés par thème : saisons (bières estivales/bières de Noël…), coups de cœur du moment, régionales (en fonction de la région voulue)… « Nous envoyons les colis par la poste ou les vendons en direct lors de nos dégustations », précise Thomas Pesesse. À plus long terme, “Bièrez-vous ?” espère créer sa propre micro-brasserie où seraient organisés des ateliers de brassage, les participants apprenant à produire leur propre bière.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous