Le producteur de «120 battements par minute» refuse l’invitation de l’Élysée à cause de sa politique «violente» sur l’immigration

Le film «
120 battements par minute
» a collectionné les récompenses.
Le film « 120 battements par minute » a collectionné les récompenses. - Les films de Pierre

« Merci pour votre invitation à dîner à l’Élysée. Je ne viendrai pas ». C’est ainsi que commence le tweet assassin d’Hugues Charbonneau. Le producteur du film « 120 battements par minute » a expliqué pourquoi il refusait d’assister au dîner organisé par Emmanuel Macron le jeudi 26 avril, une rencontre qui vise à honorer le cinéma français. Sur le réseau social, ce 25 avril, Hugues Charbonneau pointe la loi asile-immigration votée par l’Assemblée nationale trois jours plus tôt. Un texte polémique qui contient deux axes principaux : la réduction du délai de traitement des demandes d’asile. Ainsi que la facilitation des reconduites à la frontière pour ceux qui se verraient refuser cette demande.

Act-Up fusille la loi à son tour

« Comment se réjouir après l’abjecte loi votée dimanche par votre majorité  ? », écrit celui dont le film a reçu le Grand prix du jury au dernier Festival de Cannes mais aussi quelque six César. « Votre politique est violente, vous faites ce que le vieux monde sait faire de mieux : stigmatiser et exclure. Sans moi. »

Pour rappel, ce long-métrage raconte le combat de l’association Act-Up Paris. Très active dans les années 80 et 90, elle entendait aider les porteurs du VIH. L’association existe toujours et a également réagi à cette loi asile-immigration proposée par le gouvernement Macron. Elle la qualifie de « mortifère et criminelle ». Le producteur du film semble être sur la même longueur d’onde.

 
  • Comment les animaux vivent le deuil

    PHOTONEWS_10771703-039

    Les hommes ne sont pas les seuls à être affectés par la disparition d’un proche. Les bêtes aussi connaissent une forme de deuil. Voici quelques histoires étonnantes et interpellantes.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern