La firme pharmaceutique Sanofi dézingue Roseanne Barr après son tweet raciste écrit «sous somnifère»

La firme pharmaceutique Sanofi dézingue Roseanne Barr après son tweet raciste écrit «sous somnifère»
Valerie Macon - AFP

Pas le temps de s’endormir : nouveau rebondissement dans l’affaire « Roseanne » qui secoue le paysage audiovisuel américain. Cette fois, c’est grâce à Sanofi que la polémique connaît un nouveau sursaut. Sur Twitter, la société française présente sur le marché de la pharmacie a réagi aux explications de Roseanne Barr qui jurait avoir écrit ce tweet raciste sous l’influence d’un somnifère.

L’actrice principale, réalisatrice et productrice de la série à succès « Roseanne » a été épinglée ce mardi 29 mai à la suite d’un tweet raciste dans lequel elle comparait Valerie Jarret, une ex-conseillère de Barack Obama aux origines métissées, à un singe. Face à la polémique, ABC a jugé bon de déprogrammer la sitcom et ce malgré les audiences exceptionnelles qu’elle fournissait à la chaîne.

« Le racisme n’est pas un effet secondaire »

Roseanne Barr s’est évidemment excusée mais le mal était fait. Connue pour être un soutien notoire de Donald Trump et pour ses positions anti-immigration, elle a tenté d’expliquer ce dérapage dans un tweet depuis effacé du réseau social : « Il était 2 heures du matin et j’étais sous Ambien quand j’ai tweeté cela. Je suis allée trop loin et je ne veux pas qu’on me défende. C’était indéfendable. J’ai commis une erreur que j’aurais souhaité ne pas avoir faite… Mais ne la défendez pas, s’il vous plaît ».

L’Ambien, ce puissant somnifère fabriqué par le laboratoire français Sanofi, serait donc la cause de ce message raciste. Par le biais du compte Twitter de son siège américain, la multinationale a réagi. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la punchline fait l’effet d’une bombe : « Des personnes de toutes les races, religions et nationalités travaillent chez Sanofi tous les jours pour améliorer les vies dans le monde entier. Bien que tous les traitements pharmaceutiques aient des effets secondaires, le racisme n’est pas un effet secondaire connu des médicaments de Sanofi ».

Donald Trump ne condamne pas

Cette polémique ne pouvait pas s’éteindre sans l’intervention du président américain. Très présent sur Twitter, il ne pouvait pas passer à côté de ce dérapage, d’autant que la sitcom nourrissait un certain côté pro-Trump. D’ailleurs, le chef de l’État avait personnellement interpellé Roseanne Barr pour la féliciter à la suite des très bons chiffres réalisés par cette série qui entendait réconcilier l’Amérique.

Sur son réseau social préféré, Donald Trump a évidemment ramené la polémique à sa propre personne : « Bob Iger de ABC (le président de Disney, NDLR) a personnellement appelé Valerie Jarrett pour lui faire savoir qu’‘ABC ne tolérait pas le commentaire’ proféré par Roseanne Barr. Il n’a jamais appelé le président Donald Trump pour s’excuser des déclarations HORRIBLES dites à mon sujet par ABC. Peut-être ai-je simplement manqué l’appel  ? » À aucun moment Donald Trump n’a condamné les propos racistes de Roseanne Barr.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Incendie: Stéphane Bern raconte Notre-Dame

    Plus qu’un sanctuaire religieux, plus qu’un chef-d’œuvre de l’architecture gothique, plus qu’un haut lieu spirituel et culturel de la capitale française, la cathédrale Notre-Dame de Paris est constitutive de la nation française.