L’expo événement Soir mag déménage au cœur de Bruxelles

Après une inauguration par le Roi en personne, trois mois de présence au Musée Art et Histoire du Cinquantenaire et 30.000 visiteurs, l’exposition événement du Soir mag, «La Famille royale fait la Une», s’établit jusqu’au 14 septembre 2018 au cœur de la capitale, place Saint-Jean, à deux pas de la Grand-Place et de la Gare Centrale. Cette expo reprend les couvertures les plus emblématiques que le magazine, anciennement titré Le Soir Illustré, a consacrées à la monarchie belge en 90 ans d’existence, entre 1928 et 2018.

lesoirmagazine

Depuis le 19 juin, et jusqu’au 14 septembre 2018, l’exposition anniversaire du Soir mag a trouvé un nouvel écrin, au rez-de-chaussée du bâtiment de la Fédérale Assurance, 10, place Saint-Jean. Un vertigineux voyage dans le temps Conçue par le scénographe Antonio Nardone, sous la direction de Daniel Van Wylick, le directeur général éditorial du groupe Rossel, «La Famille royale fait la Une» propose la rétrospective de 90 années d’actualités royales, de la petite à la grande histoire de notre Dynastie. Créé sous le règne d’Albert Ier le 23 février 1928, l’hebdomadaire a dans ses pages relaté les faits et gestes de pas moins de cinq Souverains, jusqu’à l’actuel règne du roi Philippe. Et l’actualité du chef de l’État rencontrant depuis toujours un grand intérêt pour la plupart de nos lecteurs, Le Soir illustré (jusqu’en l’an 2000), puis Le Soir magazine (jusqu’en 2015) et aujourd’hui Soir mag a toujours voulu placer celle-ci au cœur de ses numéros semaine après semaine. Et en fonction de l’importance, l’actualité royale fit aussi plus souvent qu’à son tour les beaux jours de la Une, soit la couverture du magazine. Il fallut donc procéder à un choix parfois cornélien pour sélectionner les couvertures les plus représentatives parmi les quelque 4.470 numéros parus entre février 1928 et février 2018. Pas moins de 300 couvertures ont été retenues, couvrant les cinq règnes et la courte Régence du prince Charles pendant la trouble période de la Question royale. Celles-ci s’affichent sur des présentoirs hexagonaux évoquant les célèbres colonnes Morris parisiennes. Grands moments Les grandes inaugurations d’Albert Ier, la simplicité de la princesse Astrid promenant ses enfants sur la digue d’Ostende, le drame de l’accident du Roi-Chevalier, la fibre sociale d’Astrid devenue Reine, la première apparition publique du petit prince Albert, prince de Liège, le drame de Küssnacht, les années Léopold III jusqu’à l’entrée en guerre, la Régence, la Question royale, la montée de Baudouin sur le Trône, l’indépendance du Congo, le mariage du prince Albert avec sa Dolce Paola, le mariage du Roi triste et de la comtesse espagnole Dona Fabiola de Mora y Aragon, les premiers enfants princiers, l’absence d’enfants royaux, les décennies qui défilent, d’inaugurations en visites d’État, de naissances en mariages, puis en décès, tous les petits comme les grands moments qui ont marqué l’existence des membres de la Famille royale et que Le Soir illustré a accompagnés et racontés pour ses lecteurs. Cette exposition en trace le panorama, traversant vertigineusement les 42 ans et 14 jours du règne de Baudouin, les 19 ans 11 mois et 12 jours de celui d’Albert II, pour arriver au septième Roi des Belges, Philippe, à l’approche de ses cinq ans sur le Trône de Belgique et dont toute la vie finalement a fait l’objet de reportages dans Le Soir illustré: sa naissance, ses premiers pas dans le jardin du Belvédère ou à bord de sa voiture-jouet, ses vacances au ski, son adolescence, ses performances à l’armée, sa formation dans l’ombre du roi Baudouin, ses premières représentations officielles, la présentation de Mathilde, sa fiancée, le mariage, les enfants, les missions économiques, le travail bien sûr, mais aussi l’homme et ses combats, puis ses moments de doute et enfin la montée sur le Trône… L’Expo «La Famille royale fait la Une» vous propose donc un incroyable voyage dans le temps et les époques, au plus près de l’histoire de nos Souverains, qui, en définitive, est intimement liée à celle de notre pays. Infos pratiques Expo «La Famille royale fait la Une», du 19/06 au 14/09/18 au 10, place Saint-Jean à 1000 Bruxelles. Prix d’entrée: 4 euros (gratuit pour les moins de 14 ans). Heures d’ouverture: du mardi au dimanche, de 10 à 18 heures (dernier ticket à 17h). Fermé les lundis et le 15 août.

 

 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après Orelsan et avant Angèle, c’est Patrick Bruel qui a fait le plein devant plus de quinze mille personnes sur la scène Pierre Rapsat.

    Des Francofolies de Spa très satisfaisantes

  2. Léopold Ier (1790-1865), roi des Belges, sa femme Louise-Marie d'Orléans et leurs enfants : le futur roi Léopold II (1835-1909), Philippe (1837-1905) et Charlotte (1840-1927).

    Un 21 juillet de joie pour le premier Roi

  3. Télescope ou lunette astronomique
? Le premier repose sur un système de miroirs, la deuxième sur un système de lentilles. Leur prix s’est largement démocratisé ces dernières années, grâce notamment aux Chinois qui dominent aujourd’hui le marché.

    L’astronomie, une passion qui peut coûter (très) cher

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite