Christine and The Queens réfute les accusations de plagiat pour «Damn, dis-moi»

Edition numérique des abonnés

Encore une affaire de plagiat. Elle touche Christine and The Queens cette fois-ci. Sa dernière chanson « Damn, dis-moi » est accusé d’être plagier d’un logiciel, Logic Pro. La chanteuse s’est donc expliquée auprès de l’Obs : « Je n'ai pas plagié une chanson, ce que j'ai pris est libre de droit. 95% des raps d'aujourd'hui empruntent des chansons connues. Au moins trois morceaux de Rihanna sont bâtis à base de boucles issues de ces logiciels. Je n'ai pas plagié, j'ai samplé une boucle libre de droits, sur laquelle j'ai ajouté des paroles, la mélodie de chant, les arrangements. »

La chanteuse rappelle qu’utiliser des boucles libres de droits issues d’un logiciel prévu pour cela ne peut pas être considéré comme du plagiat. « C’est une technique de création comme une autre. »

Mais alors, plagiat ou pas ? Si le son utilisé vient d’un logiciel, on ne peut pas concrètement appeler cela du plagiat. En effet, les samples utilisés par Christine and The Queens sont libres de droits pour ceux qui possèdent le logiciel Logic Pro, sur Apple. L’accusation de plagiat est donc totalement fausse car en plus d’être libre de droit, le son a été mixé, réarrangé et mastérisé, comme l’expliquait la chanteuse.