Accueil Actu Soirmag

Sur les îles britanniques, la canicule révèle les fantômes du passé

Plusieurs traces ont été découvertes sur le sol des îles britanniques. En Irlande ou en Angleterre, ces trouvailles refont surface à cause de la chaleur qui assaille l’Europe.

Temps de lecture: 3 min

La canicule assiège l’Europe entière. Si elle n’a pas que des effets positifs – la sécheresse attaque notamment certains secteurs comme celui des sapins de Noël ardennais  –, cette vague de chaleur révèle des trésors enfouis. Ainsi, en Grande-Bretagne, le soleil qui ne cesse de jaunir les champs a permis de découvrir des empreintes marquées dans le sol. Des traces difficilement identifiables depuis la terre ferme mais qui prennent tout leur sens dès lors que l’on s’élève – grâce à un drone – pour les photographier.

1,5km de découvertes

Ainsi, Anthony Murphy a découvert, dans le comté de Meath, à l’est de l’Irlande, ce qu’il a d’abord appelé un « détail étonnant ». Il ne s’est pas rendu compte tout de suite de l’impact de sa trouvaille, à quelques mètres de la rivière Boyne. Car, comme le confirme un professeur d’archéologie irlandais, Stephen Davis, ce champ laisse à voir plusieurs monuments du néolithique tardif, avec des caractéristiques « extraordinaires et inattendues », comme il le dit à la BBC. Au final, les monuments que l’on devine à même le sol sont au nombre de sept et s’étendent sur environ 1,5km.

Voir la vidéo sur mobile

Cadran solaire

« La zone devant Newgrange est, je crois, la plus dense concentration de ces monuments partout dans le monde », confesse l’archéologue. Pour l’heure, aucune fouille n’est prévue sur les lieux puisque ces champs appartiennent à un fermier. Une fois les récoltes faites, les traces reprendront leur état fantomatique. Une découverte moins importante mais néanmoins surprenante a été faite dans le Nottinghamshire, à Clumber Park. Là, les spécialistes connaissent les traces laissées par un grand manoir du XVIIIe siècle. Mais la sécheresse actuelle a permis de découvrir de nombreux détails jusqu’alors inconnus. Un cadran solaire a notamment été identifié. En période de canicule, cela ne s’invente pas.

Un appel de la Seconde Guerre Mondiale

Le Huffington Post raconte également la récente découverte de la police locale irlandaise. La Garda survolait, en hélicoptère, la zone sinistrée par un incendie survenu le long de la côte, non loin de Dublin. Les forces de l’ordre ont alors découvert une inscription sur le sol et donc révélée par le feu. On peut y lire le mot « ÉIRE », qui signifie République d’Irlande en gaélique.

Ces quatre lettres auraient donc été tracées dans la région durant la Seconde Guerre Mondial pour avertir les pilotes que les terres qu’ils survolaient étaient irlandaises. Tout ça pour éviter que les forces nazies ou les alliés ne bombardent un pays qui avait choisi de rester neutre durent la conflit. Ce vestige de la période 40-45 est un des seuls signes de la guerre sur la côte irlandaise, comme le précise le Huffington Post. Les trouvailles pourraient par ailleurs s’arrêter net. Un retour à la fraîcheur est attendu ce jeudi 9 août. Enfin, aurait-on envie de dire, malgré les découvertes historiques.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une