Testé pour vous : Oculus Go

Testé pour vous : Oculus Go

Une visite personnelle de la Maison-Blanche en compagnie de Michelle et Barack Obama, cela vous tente ? C’est l’une des nombreuses possibilités offertes par la plus récente solution de réalité virtuelle mise sur le marché. L’Oculus Go se compose d’un casque et d’une manette. On doit juste compléter l’ensemble avec son smartphone (iOS ou Android) sur lequel on installe l’application Oculus et où on crée un compte : à partir de là, les deux éléments communiqueront sans fil. C’est l’une des caractéristiques de ce système conçu par la filiale de Facebook. Il y en a d’autres. Par exemple, l’Oculus Go ne permet pas de se déplacer ou d’interagir avec des personnes ou des objets virtuels : on est assis ou debout et on se contente de tourner la tête à gauche, à droite, en haut ou en bas. Via la manette, on peut aussi pointer un rayon vers tel ou tel élément afin d’effectuer un choix, de tirer, etc. Tout dépend du contenu sélectionné. Et il y en a beaucoup, de qualité variable. Certains gratuits, d’autres payants. Des applications, des films, des jeux, des visites ou des parcours à 360º…

De quoi s’occuper pendant un bon moment. Mais peut-être à petites doses. Car si le casque a été suffisamment bien pensé pour assurer un port confortable (même aux porteurs de lunettes !), certains ont ressenti des effets désagréables pouvant se traduire par des maux de tête voire des nausées. Ce ne fut pas notre cas : nous l’avons utilisé plusieurs fois en continu durant plus d’une heure sans le moindre désagrément. Bilan ? C’est vachement bien pour le prix. Il existe d’autres solutions de réalité virtuelle offrant une qualité d’image supérieure, une meilleure réactivité et un niveau d’interactivité plus avancé, mais avec d’importantes contraintes en termes de matériel (un ordinateur puissamment équipé, etc.) et bien entendu de coût. L’Oculus Go n’est ni une Rolls, ni une Ferrari. Plutôt une Coccinelle. Facile à utiliser et à transporter, de prix abordable (la version 64 Go, vendue 269 €, représente un meilleur choix que celle de 32 Go, 219 €, qui a tendance à se “remplir” rapidement), elle constitue la plus recommandable option actuelle pour s’initier à la réalité virtuelle sans trop gros risque financier. Une vedette quasi assurée pour les cadeaux de fin d’année.

 
À la Une du Soir.be
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Toutes les radios traditionnelles proposent aujourd’hui de télécharger leurs émissions pour permettre leur écoute en différé, sans compter les producteurs amateurs.

    Pour tomber dans les podcasts, pas besoin de mode d’emploi

  2. Quelle réponse apporter à la montée des partis extrêmes
? La réponse suisse n’est pas nécessairement exportable.

    Comment affronter les populistes – Avantage Suisse

  3. Conscient de l'épidémie de drogue qui atteint la ville de New York, Haring réalise la fresque «
Crack is Wack
» («
Le crack, ça craint
») en 1986.

    Le vrai ou faux: faut-il ressusciter Keith Haring?

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite