Un gène à l’origine des problèmes d’érection

Un gène à l’origine des problèmes d’érection

Fatigue, stress, dépression, maladies cardio-vasculaires, surpoids, mésentente, médicament, alcool, tabac, drogue, problème de prostate, vieillissement : les éléments qui peuvent engendrer des problèmes d’érection sont nombreux et cumulatifs à tel point que la dysfonction érectile concerne de nombreux hommes : un quart d’entre eux connaissent de tels soucis intimes et près de la moitié dans la tranche d’âge concernant les plus de 45 ans.

Et à ces nombreuses causes s’en rajoute aujourd’hui une nouvelle : une variation génétique. On subodorait la chose car des études menées à petite échelle sur des jumeaux avaient montré que des facteurs génétiques sous-tendaient la dysfonction érectile mais une vaste étude vient pour la première fois d’identifier une variante génétique spécifique en lien avec ce problème sexuel ! Il y a quelques jours, l’Académie Américaine des Sciences publiait les résultats d’une recherche qui montre une origine génétique au problème. En utilisant les données de pas moins de 36.649 patients, elle a établi que les hommes présentant une variante génétique spécifique à proximité du gène SIM1 ont un risque accru de 26 % de dysfonction érectile. Ceux qui ont deux copies de la variante ont un risque augmenté de 59 %. Au final, la variante génétique mise en avant par cette publication représente à elle seule 2 % du risque de difficultés d’érectiion.

« Identifier ce locus SIM1 en tant que facteur de risque de la dysfonction érectile est un gros enjeu car il fournit la preuve tant recherchée qu’il existe un composant génétique à ce trouble », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Eric Jorgenson travaillant au sein du consortium américain Kaiser Permanente Northern California. « Les traitements disponibles contre la dysfonction érectile ne fonctionnent pas chez environ la moitié des hommes traités. Si l’on arrivait à développer de nouveaux traitements qui ciblent cette variation génétique, nous pourrions aider ces hommes-là », a commenté le généticien.

Sans nul doute mais la dysfonction érectile - surtout quand elle est passagère - ne se traite pas seulement par des médicaments. Les Viagra, Cialis et autres pilules ont fait leurs preuves. Mais la première chose à faire en cas de nouvelles difficultés érectiles est de ne pas se mettre la pression. On oublie la performance et l’obligation de bander et de pénétrer. On commence, comme l’ont suggéré les sexologues américains Masters & Johnson, par se retrouver au lit avec l’interdiction de tout coït. Un interdit qui a révélé avoir des pouvoirs surprenants, parfois lévitants et toujours boostant l’imagination, démultipliant les pratiques... S’aimer est un jeu aux mille et une possibilités !

Joëlle Smets.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern