Le bel anniversaire de la reine Sofia

Le bel anniversaire de la reine Sofia
Isopix

À événement exceptionnel, célébration hors norme. Pour son 80e anniversaire, la reine émérite Sofia d’Espagne aura connu une journée pour le moins extraordinaire qui a été marquée par un déjeuner privé offert par son fils, le roi Felipe VI, au palais de la Zarzuela, réunissant tous les membres de sa famille, y compris l’infante Cristina pourtant proscrite de la Cour depuis les démêlés de son époux Inaki Urdangarin avec la justice espagnole. Une photo de famille a même immortalisé cet instant sur les marches du palais. Autour de la reine Sofia et de son époux, le roi émérite Juan Carlos, leurs trois enfants Elena, Cristina et Felipe avec la reine Letizia et leurs huit petits-enfants, les infantes Leonor et Sofia, Felipe-Juan et Victoria Frederica de Marichalar, Juan Valentin, Miguel, Pablo et Irène Urdangarin. Mais plus tard dans la soirée, l’émotion de la reine Sofia fut à son comble lorsqu’elle reçut une ovation du public en arrivant avec le roi émérite Juan Carlos à l’Escuela Superior de Música Reina Sofía où ils furent reçus par Paloma O’Shea, présidente de la Fondation Albeniz.

Isopix

Le combat de la grande-duchesse de Luxembourg

Depuis des mois, contre vents et marées, luttant contre le silence des dirigeants, la grande-duchesse de Luxembourg mène une croisade humanitaire en faveur des femmes victimes des viols de guerre. Un combat qui a récemment marqué des points avec une prise de conscience générale provoquée par l’attribution du prix Nobel de la Paix 2018 à Nadia Murad et Denis Mukwege. La jeune Yazidie victime de sévices et le gynécologue congolais seront d’ailleurs les invités, au mois de mars prochain, du forum « Stand Speak Rise Up – Pour en finir avec les violences sexuelles dans les zones sensibles » que la souveraine luxembourgeoise organise au Grand-Duché au mois de mars 2019. Dans cet objectif, dans ses fonctions de présidente de sa Fondation, d’ambassadeur de Bonne Volonté de l’Unesco et d’« Eminent advocate » pour l’Unicef, Maria Teresa de Luxembourg s’est rendue au Liban auprès de survivantes de violences sexuelles (réfugiées et déplacées), pour recueillir leurs témoignages et les soutenir dans leur quête de justice et de réparation. Le Liban est l’un des pays les plus touchés par la crise syrienne. Le nombre de personnes déplacées ou réfugiées atteint le quart de la population totale. Par-delà les visites protocolaires au président Michel Aoun et au Premier Ministre Saad Hariri, la Grande-Duchesse a surtout voulu mener à bien la mission humanitaire qu’elle s’est assignée. Elle est allée au Rafik Hariri University Hospital où elle a rendu visite aux patients pris en charge au service du Comité international de la Croix-Rouge pour des blessures physiques ou pour être soutenus en matière de santé mentale et psycho-sociale. Elle a ensuite assisté à la présentation, par l’Unicef, de l’application mobile « Clinical management of rape for healthcare workers » destinée à former le personnel médical aux soins et au soutien à apporter aux survivantes de violences sexuelles. Le lendemain, Maria Teresa s’est rendue au centre de Taanayel de l’association « arc-en-ciel » pour une visite de son atelier protégé, sa garderie inclusive et ses cours de gestion financière dispensés à des femmes.

BelgaImage

Le mauvais cinéma d’Alec Baldwin

L’acteur Alec Baldwin, jamais en reste lorsqu’il s’agit de dénoncer le comportement imprévisible du président Trump qu’il imite régulièrement dans son « Saturday Night Live Show », a été interpellé à New York. Connu pour sa forte personnalité et son caractère irascible, Alec Baldwin a encore frappé. Au sens propre du terme cette fois-ci. L’acteur s’en est pris à un homme qui venait de garer son véhicule sur une place de parking avant lui, alors qu’il était également en quête d’un espace de stationnement, non loin de son domicile, dans le quartier de Greenwich Village. Des policiers l’ont alors interpellé, tandis que sa victime, qui venait de recevoir un coup de poing, était conduite à l’hôpital. L’acteur a ensuite été inculpé d’agression au troisième degré (le moins sérieux), un chef d’accusation passible d’un an d’emprisonnement, a indiqué, plus tard, un autre porte-parole. Il a également été inculpé de harcèlement, passible de deux semaines d’emprisonnement. Le comédien devra se rendre au tribunal le 26 novembre pour connaître sa peine. « Je lui souhaite bonne chance », a commenté, quelques minutes plus tard, Donald Trump, interrogé sur l’incident par des journalistes dans les jardins de la Maison-Blanche. Âgé de 60 ans, Alec Baldwin a contribué au succès renouvelé de l’émission « Saturday Night Live » avec ses imitations du président des États-Unis, qui lui ont valu, en 2017, un Emmy Award, les récompenses de la télévision.

BelgaImage

La princesse Ayako de Takamado a fait le choix de l’amour

La petite-nièce de l’empereur Akihito du Japon a perdu son titre princier. Ainsi en décide la règle sexiste qui régit toujours les lois de succession au trône du Chrysanthème. Faisant le choix de l’amour, la princesse Ayako de Takamado s’est mariée avec l’homme d’affaires japonais Kei Moriya. La jeune femme de 28 ans, petite-nièce de l’empereur Akihito, a dû renoncer à son titre impérial pour épouser ce roturier spécialisé dans le transport maritime. La princesse Ayako est la plus jeune des trois filles de la princesse Hisako et du prince Takamado, fils décédé en 2002 d’un frère cadet de l’empereur Hirohito. Au Japon, les femmes de la famille impériale doivent se retirer de l’ordre de succession au trône si elles se marient avec un homme qui n’a pas de sang royal ou aristocratique. En revanche, la règle n’est pas valable pour les hommes issus de la famille impériale qui peuvent épouser des femmes issues des milieux industriels. La princesse Ayako est ainsi devenue « Madame Moriya », sans pouvoir conserver son titre princier mais recevant en guise de compensation la somme de 833.000 €…

BelgaImage

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Haya Bint al Hussein, princesse en fuite

    Haya Bint al Hussein, demi-sœur du roi de Jordanie, a quitté son époux, l’émir de Dubaï, pour se réfugier à Londres. Récit d’une affaire qui fait scandale.