Flaine, un musée skis aux pieds

Alors que les premières neiges blanchissent les Alpes depuis quelques jours, on se prend déjà à rêver de sports d’hiver, que l’on soit ou non amateur de ski ou de snowboard. La montagne en hiver décline aujourd’hui une multitude d’activités susceptibles de plaire à tous… y compris aux amateurs d’art et d’architecture originale. C’est ce qui rend la station de Flaine, en Haute-Savoie, unique en son genre.

Posé au sommet du Grand Massif, c’est l’un des domaines les plus variés des Alpes françaises puisqu’il s’étend sur six villages (dont Samoëns et les Carroz d’Arâches) à la physionomie très différente. Flaine ne laisse personne indifférent, les uns l’adorent, les autres la détestent – visuellement s’entend. C’est une station de béton, de verre et d’acier dont l’architecture s’inspire résolument du Bauhaus allemand.

Férus d’art contemporain, ses créateurs Éric et Sylvie Boissonnas, héritiers de l’empire Schlumberger et grands mécènes du XXe siècle, en ont confié la conception dans les années 60 à l’architecte hongrois Marcel Breuer, père du courant moderniste. Sa mission : privilégier les choix esthétiques et le respect de l’environnement en épousant le relief et l’aspect de la roche calcaire environnante. Le site de Flaine est en effet situé dans un cirque rocheux à l’extrémité du Désert de Platé, un plateau calcaire de 2.000 hectares à la géologie particulière qui ressemble à un glacier pétrifié.

Ville sans voitures

Avec ses paquebots géants aux façades taillées comme des pointes de diamant pour réfléchir la lumière dans toutes les directions, c’est la seule station alpine labellisée Patrimoine architectural du XXe siècle et dont plusieurs immeubles, tout comme la jolie chapelle œcuménique, sont classés monuments historiques. C’est le cas du remarquable Terminal Neige Totem, le seul hôtel de Flaine admirablement restauré par la famille Sibuet, connue pour ses adresses d’exception en montagne ou à la Côte d’Azur. Véritable temple dédié à la mémoire de Marcel Breuer, ce 3 étoiles aux tarifs abordables allie le charme cosy à une décoration vintage dans une ambiance rehaussée par l’utilisation de matériaux bruts et une signalétique en néons colorés. On y dîne à toute heure du jour autour d’un buffet généreux, avec vue panoramique sur la station à travers les immenses baies vitrées et la terrasse surplombant une falaise. Ou le regard vissé sur les toiles monumentales et les œuvres de « street art » qui décorent les murs.

À Flaine, l’art moderne est aussi dans les rues, dont la voiture est bannie – on s’y déplace à pied, à skis ou en traîneau. Les Boissonnas ont donné carte blanche à plusieurs grands artistes de leur époque pour des sculptures géantes qui décorent toujours le cœur de la station. Elles sont signées Picasso, Vasarely, Dubuffet ou Bury et forment, avec les cathédrales de béton, un véritable musée à ciel ouvert. Sublimé par la neige.

www.flaine.com

https://totem.terminal-neige.com

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern