Charles: 70 ans dans la bonne humeur

DR
DR

Minés par le Brexit, nos voisins britanniques ne changeraient-ils pas aussi d’opinion à l’égard du prince Charles, qui vient de célébrer ses 70 ans et qui, s’il n’est pas le membre le plus populaire de la famille royale, devancé en cela par ses fils et ses belles-filles, n’en reste pas moins l’un des piliers les plus influents de l’institution monarchique ? Futur roi du Royaume-Uni, le prince de Galles a été fêté comme il se devait par la reine Elizabeth II et le duc d’Edimbourg à Buckingham Palace. Ce mercredi 14 novembre, nombre de têtes couronnées européennes s’étaient réunies à Londres : le prince Albert de Monaco, la reine Rania de Jordanie, les princes héritiers Frederick et Mary de Danemark, le roi Harald et la reine Sonja de Norvège, la reine Sofia d’Espagne et sa sœur la princesse Irène de Grèce, le roi et la reine des Belges, la princesse Beatrix des Pays-Bas, les princes héritiers de Serbie, les princes de Grèce…

Un aréopage royal autour du prince Charles qui semblait très heureux d’avoir aussi autour de lui sa famille, comme en témoignent les photos rendues publiques où on le voit jouer à la perfection le rôle de « gran’pa Wales » (grand-père Galles). Ses fils, les princes William et Harry, ducs de Cambridge et de Sussex, accompagnés de leurs épouses Kate et Meghan, étaient présents, tout comme leurs nombreux cousins, Eugénie et Jack Brooksbank, ainsi que Béatrice d’York, Mark et Zara Tindall, lady Gabriella Windsor et son fiancé Tom Kingston, lady Helen Windsor et Tim Taylor, sans oublier la parentèle Kent et Gloucester…

Photonews
Photonews

L’hommage de la Reine

En cette soirée spéciale, la Reine a eu quelques mots très élogieux pour son fils aîné. Une prise de parole rare, qui a pris la forme d’un émouvant toast. Verre à la main, la reine lui a adressé un tendre message. « C’est un privilège pour n’importe quelle mère de pouvoir prononcer un toast pour les 70 ans de son fils. Cela veut dire que vous avez vécu assez longtemps pour voir votre enfant grandir. C’est comme – pour faire une analogie qui parlera certainement – planter un arbre et pouvoir le voir grandir. Ma mère m’a vu avoir 70 ans, bien sûr. Et elle a pu constater que 70 ans est l’âge exact à partir duquel le nombre de bougies sur le gâteau dépasse la quantité de souffle que l’on a pour toutes les éteindre. »

Durant son speech plein d’humour, la Reine s’est félicitée du destin de son fils aîné, devenu « un champion de la conservation et des arts », « un père formidable » et « un héritier au trône plus dévoué et respecté qu’aucun autre à travers l’histoire ». Elizabeth II a également salué Camilla Parker-Bowles, duchesse de Cornouailles, présente dans la salle, pour tout le soutien qu’elle apporte à son fils. Sa Majesté a terminé son toast en souhaitant un « joyeux anniversaire » au prince Charles avec un brin d’humour. Elle l’a en effet qualifié de « duchy original », un jeu de mots faisant référence à la marque de produits bio du prince (Duchy Originals), comme pour souligner l’originalité de son fils, « condamné » à 70 ans à attendre que son tour vienne de régner.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.