Test auto : la Citroën C5 Aircross, radicalement différente (vidéo)

DR
DR

Si aujourd’hui, miser sur le SUV est en effet le choix de tout le monde, il faut se rappeler qu’on parle ici d’une marque qui a construit sa réputation en ne faisant justement rien comme tout le monde. Et dès le premier coup d’œil sur le C5 Aircross, c’est limpide. Voyez : vous conviendrez qu’il n’y a sur le marché aucun SUV qui fasse autant la part belle aux rondeurs. On peut ne pas aimer, mais on ne pourra pas dire qu’entre Peugeot, Citroën, DS et maintenant Opel, PSA ne fait pas l’effort de se diversifier et d’en offrir pour tous les goûts. Plus original encore : l’habitacle. La mise en forme est osée, les sièges sont les plus larges et les plus accueillants qu’on puisse trouver, et tout cela fait honneur aux credo de la marque que sont originalité et confort. Autre affirmation de différence : alors que la place centrale arrière est de plus en plus souvent sacrifiée, Citroën opte pour trois sièges indépendants et un plancher pratiquement plat, permettant ainsi à chaque occupant arrière de vraiment avoir sa place.

DR

Mais mieux vaut que ces occupants soient des enfants, car l’énorme coffre de 580 litres mange de l’espace aux genoux. Même en reculant les sièges arrière au maximum, l’espace aux jambes sera en effet un peu chiche pour de grands ados ou adultes. Côté équipement, le C5 Aircross est bien dans son époque, avec une aide active au maintien de voie, le freinage automatique d’urgence, etc. Seul et éternel bémol : le système multimédia PSA, certes très complet, mais toujours aussi peu ergonomique malgré l’ajout de quelques boutons. Merci pour l’effort, mais les commandes sont toujours trop centralisées via l’écran, le pire étant les deux ou trois manipulations demandées pour changer la température de la clim. Il faut que ça change !

Radicalement confortable

Voilà l’atout majeur du C5 Aircross, qui affirme sa différence et en fait une pure Citroën : comme sur la C4 Cactus, les amortisseurs à « butées hydrauliques progressives » sont ici montés en série. Et sur les routes du Maroc où nous avons découvert la voiture, routes qui relativisent l’état des nôtres, ces butées ont montré leur remarquable efficacité. Le C5 Aircross gomme les trous et le confort est absolu. Le revers de la médaille est une totale absence de ressenti de la route, ce qui ne sera un problème que pour les conducteurs sportifs… auxquels ce SUV ne s’adresse pas.

DR

Le positionnement est donc absolument clair, ce que nous trouvons judicieux. Ajoutez encore une insonorisation très soignée et des moteurs (1.6 essence 180 ch et 2.0 diesel 180 ch pour nos essais, associés d’office à une boîte auto 8) qui font leur travail sans chercher à épater, mais sans démériter le moins du monde, et on obtient, sans discussion aucune, le SUV le plus confortable et le plus apaisant de la catégorie. Une belle réussite de la part d’un constructeur bientôt centenaire, qui n’a rien perdu de ses valeurs fondatrices.

Et en plus, le Citroën C5 Aircross est vraiment bon marché par rapport à une Peugeot 3008 ou une VW Tiguan. Il démarre à 24.150 € en version 1.2 PureTech 130 ch !

Voir la vidéo sur mobile

La Citroën C5 Aircross en bref

Moteur : 4 cyl. turbo, diesel, 1.997cm3, 177 ch – 400 Nm.

Transmission : aux roues avant.

Boîte : auto 8 rapports.

L/l/h (mm) : 4.500/2.099/1.650

Poids à vide (kg) : 1.615

Volume du coffre (l) : 580 – 720 (sous tablette)

Réservoir (l) : NC

0 à 100 km/h (sec.) : 8,6

Vitesse maxi (km/h) : 211

Conso mixte (l/100 km) : 4,8

CO2 (g/km) : 126

Prix (€) : 36.250

Les plus et les moins

Les +

Confort

Modularité

5 vraies places

Grand coffre

Prix très attractifs

Les -

Conduite très peu dynamique

Espace aux genoux à l’arrière

Ergonomie toujours à améliorer

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Évolution de l'automobile|Honneurs sportifs|Maroc
 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern