Exposition : Stonehenge s’installe à Tongres

L. Daelemans
L. Daelemans

Depuis des millénaires, les pierres de Stonehenge se dressent dans les collines venteuses du comté du Wiltshire et nul ne songerait à déplacer l’une d’elles. Pourtant, le site visité chaque année par plus de 1,5 million de personnes s’installe à Tongres, en Belgique, pour quelques mois. Conseillé par le plus grand spécialiste du sujet, l’archéologue Mike Parker Pearson, le Musée gallo-romain parvient à nous y emporter. Photos panoramiques, vidéos didactiques, écrans tactiles, maquettes, dessins, objets archéologiques et mannequins en résine nous font remonter le temps et nous transportent non seulement sur le site actuel mais aussi au temps de sa construction.

En -2.500 av. J.-C., pas moins de 4.000 personnes – soit 10 % de la population totale – sont venues des quatre coins de l’île, ont délaissé leurs villages et occupations pour se retrouver chaque hiver dans cette région du sud de l’Angleterre et ce, durant plusieurs décennies. Le lieu n’était pas anodin, il est vrai. Depuis longtemps, il était sacré, tant en cette partie de l’Angleterre ciel et terre semblent se rejoindre et unir des mondes symboliquement inconciliables. Il y a plus de 8.000 ans déjà, des hommes s’y retrouvaient pour des fêtes sacrées et 4.000 ans plus tard, ils y enterraient leurs dirigeants et disparus en de vastes tumulus. Enfin en -3.000, ils y creusèrent un fossé circulaire à l’intérieur duquel ils élevèrent 56 piliers de bois. La sacralisation du lieu allait être accentuée quelque cinq siècles plus tard avec l’érection des gigantesques mégalithes de quartzite, des pierres bleues et de sarsen qui, pour ces dernières, proviennent du pays de Galles éloigné du site de 240 kilomètres !

L. Daelemans
L. Daelemans

Le mystère expliqué

Comment ces hommes ont-ils fait pour transporter ces géants de pierre ? Pour les redresser ? Comment les ont-ils taillés ? Et pourquoi ? L’exposition apporte de nouvelles réponses à toutes ces questions. L’événement grand public se veut chronologique, clair et humain. Des audioguides adaptés aux visiteurs adultes et enfants racontent les objets exposés – des pots en terre cuite décorés, des restes de festins, des bijoux en or, des vestiges de crémation… – qui, tous authentiques, racontent la construction du monument mais aussi le quotidien des peuples de Stonehenge et leurs rites funéraires. Tout est ainsi mis en œuvre pour que chacun comprenne l’extraordinaire ambition de Stonehenge qui, comme nous l’explique Mike Parker Pearson, n’est pas seulement un lieu sacré mais également un incroyable projet politique qui a unifié les peuples de Grande-Bretagne au Néolithique. À noter : les week-ends et jours fériés, les jeunes visiteurs peuvent participer à un atelier créatif et construire leur propre cercle de pierre.

« Stonehenge, au-delà du mystère » se tient jusqu’au 21 avril 2019 : Kielenstraat 15, 3700 Tongres Tél. 012-67.03.30

www.galloromeinsmuseum.be\

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Population|Mystères|Bibliothèque et musée|Belgique|Mike Parker Pearson
 
  • Comment les animaux vivent le deuil

    PHOTONEWS_10771703-039

    Les hommes ne sont pas les seuls à être affectés par la disparition d’un proche. Les bêtes aussi connaissent une forme de deuil. Voici quelques histoires étonnantes et interpellantes.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern