Quand les acteurs de «Plus belle la vie» vont en prison pour rencontrer des détenues

© AFP
© AFP

« C’est surréaliste de les voir ici à côté de nous », rougit Céline, une détenue de la prison des Baumettes à Marseille, après deux heures passées avec les acteurs du feuilleton « Plus belle la vie », riches d’enseignements pour les producteurs.

Dans une petite salle de la nouvelle prison, au milieu de cinq acteurs et des producteurs de la série phare de France 3 qui, depuis 15 ans, raconte la vie au quotidien d’un quartier fictif de Marseille, Céline a assisté avec une quarantaine d’autres détenues à la projection de deux épisodes inédits.

Une première pour la série quotidienne aux 3,9 millions de téléspectateurs en moyenne. La production s’est rendue compte du succès de « Plus belle la vie » en milieu carcéral -où se déroule nombre d’intrigues- à l’occasion de la présentation d’une autre série à des détenus.

Rires et commentaires parfois moqueurs fusent dans le noir face aux situations rocambolesques du feuilleton. En particulier lorsque le personnage de Frémont, en liberté conditionnelle, remplace la roue de la procureure pour s’assurer sa mansuétude. « Moi, je lui aurais pas changé son pneu, c’est sûr ! », réagit une détenue. « Notre nourriture n’est pas bonne, mais quand même elle n’est pas avariée et nos cellules sont beaucoup mieux, on a une douche à l’intérieur », corrige une autre quand les lumières se rallument.

« C’est vrai qu’on s’est inspiré des anciens locaux, ça ne correspond pas à ce qu’on voit qui est plus moderne », note la productrice Michelle Podroznik, dans la salle aux murs d’un blanc immaculé rehaussés de portes orange.

Un public particulier

« La manière dont elles s’expriment, leur comportement, leurs vêtements très différents des unes des autres, leurs origines, leurs accents... vont nous servir à l’écriture », ajoute l’autre producteur Sébastien Charbit, surpris par la « complicité » des surveillants avec les détenues. « C’est intéressant car c’est typiquement un public qu’on ne croise pas et cela nous permet de savoir ce qu’ils pensent des personnages », explique l’actrice Cécilia Hornus qui incarne le personnage de Blanche, une institutrice visiteuse de prison.

Pendant les dédicaces, Brenda, à l’allure garçonne, l’interpelle en lui expliquant « regretter de pas avoir eu une prof comme elle ». « Ils jouent avec le quotidien de tous les jours, même si certaines situations sont exagérées », apprécie la volubile détenue face à ses camarades plus timorées.

« Moi aussi, j’ai eu mon premier enfant au lycée, alors forcément quand je vois le personnage d’Emma, je me reconnais », confie à son tour Françoise. « C’est très gentil à eux de venir nous voir alors qu’on se sent abandonnées de tout le monde et qu’on est plutôt mal vues », s’étonne-t-elle.

« C’est émouvant pour nous qu’elles se sentent privilégiées aujourd’hui, alors que ce n’est pas le cas tous les jours c’est le moins qu’on puisse dire », note Alexandre Fabre, qui joue le malhonnête Charles Frémont dans la série. Une jeune détenue lui demande si comme son personnage, « il a réellement fait de la prison » avant de lui souhaiter « bon courage ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern