Audrey Pulvar critique le steack de Ribéry, il la tacle sur ses lunettes

Edition numérique des abonnés

Il y a quelques jours, Franck Ribéry faisait parler de lui en achetant une entrecôte recouverte d’or à 1.200 euros, dans le restaurant du boucher turc Salt Bae.

La vidéo, partagée sur les réseaux sociaux, avait très vite fait le buzz, en étant visionnée plusieurs millions de fois. Si certains en ont ri, d’autres ont trouvé cela très déplacé. C’est le cas d’Audrey Pulvar qui n’a pas caché sa désapprobation dans un tweet adressé directement à l’ex-Bleu.

« Monsieur Franck Ribéry, si vous ne savez pas quoi faire de votre argent, il reste plein de causes à financer et soutenir dans le monde » postait-elle ce vendredi 4 janvier.

Retweeté plus de 2000 fois, le message n’a pas été très bien pris par de nombreux internautes qui rappellent à la Présidente de la Fondation Nicolas Hulot que Franck Ribéry est déjà engagé dans différentes causes, dont Ummah Charity, une ONG venant en aide aux plus démunis dans le monde.

« Sans aucune intention de justifier quoi que ce soit, nous vous confirmons que Franck Ribéry fait parti de nos plus généreux donateurs. Merci à lui et à son épouse qui dépensent sans compter pour financer nos actions humanitaires... »

La réponse de Ribéry

Franck Ribéry lui-même a tenu à répondre à Audrey Pulvar en publiant trois messages sur Twitter. Le joueur du Bayern Munich n’y est pas allé de main morte. « Concernant les pseudos journalistes qui ont toujours été dans la critique négative envers moi, mes actes (dernier exemple en date: le prix de ce que je mange!) Quand je fais des dons (...) pourquoi aucun grand média national ne diffuse-t-il cela? » démarre-t-il.

Le joueur de foot termine par une capture d’écran reprenant un article sur Audrey Pulvar dans lequel elle déclarait : « Je fais ce que je veux de l’argent que je gagne. » Publié en 2012, cet article avait alors révélé le prix de la monture des lunettes de la journaliste, 3.300 euros pour des lunettes en écailles de tortues. « J’espère qu’elles vous permettent d’entrevoir un meilleur avenir professionnel que celui de la pseudo journaliste que vous êtes actuellement » conclu Ribéry.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern