Une victime présumée de R. Kelly assure avoir été menacée

Belgaimage
Belgaimage

Diffusé la semaine dernière par la chaine américaine Lifetime, le documentaire choc « Surviving R. Kelly » décrit le chanteur R. Kelly, grande figure du R&B des années 90, auteur notamment du titre « I Believe I Can Fly », comme un prédateur sexuel qui a manipulé de nombreuses jeunes femmes, dont des mineures. Si la rumeur courait depuis des années, les faits semblent cette fois-ci bien avérés. La cinquantaine de témoignages recueillis accable le chanteur.

Sa technique : approcher des jeunes femmes, les éloigner de leur famille, leur promettre de les aider dans leur carrière et les isoler. Il les emmène ensuite dans son « harem » dédié à son seul plaisir. Les femmes lui sont alors complètement soumises, prisonnières sexuelles d’une sorte de secte.

Belgaimage
Belgaimage

Accusé de violences sexuelles

Suite à la diffusion du documentaire, le chanteur a été accusé de violences sexuelles et physiques sur de nombreuses jeunes femmes. Lors d’une conférence de presse ce lundi 14 janvier, l’une de ses accusatrices, Faith Rodgers, lui a lancé « Time’s up », reprenant une célèbre formule du mouvement #MeToo.

Faith Rodgers, qui a rencontré R. Kelly en mars 2017 après l’un de ses concerts, alors qu’elle n’avait que 19 ans, a également affirmé avoir été victime d’« actes d’intimidation et de rétorsion » de la part de l’artiste après l’avoir assigné en justice. La jeune femme, aujourd’hui âgée de 20 ans, a saisi la justice civile en mai 2018 pour obtenir réparation de R. Kelly, l’accusant de lui avoir transmis l’herpès génital, une maladie sexuellement transmissible.

Belgaimage
Belgaimage

Ses parents ont reçu des menaces

Elle accuse notamment R. Kelly et son équipe d’avoir créé une page Facebook pour la discréditer, en postant des photos d’elles prises dans un cadre privé, a indiqué lundi, lors d’une conférence de presse, son avocate, Glora Allred, qui représente aussi deux autres victimes présumées du musicien et producteur à succès. La page a été supprimée par le réseau social quelques heures seulement après sa mise en ligne.

Dans une lettre, R. Kelly menace Faith Rodgers de produire des résultats médicaux attestant qu’elle a contracté la maladie après une relation sexuelle avec un autre homme. La mère de Faith Rodgers a assuré qu’elle et son mari ont également reçu des menaces. Lundi, Gloria Allred a indiqué qu’elle devait rencontrer dans la journée, avec sa cliente, des policiers de New York dans le cadre d’une enquête sur de possibles victimes de R. Kelly.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern