Retards des trains : quand le tricot permet de passer le temps

Belga Images
Belga Images

Vous en avez assez que vos trains soient en retard et vos plaintes ne suffisent plus ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas seuls. À Munich, une usagère de 55 ans, Claudia Weber, a trouvé un moyen de passer le temps en tricotant une écharpe. Mais pas n’importe quelle écharpe.

Il a fallu un an pour que le tissu d’1,20 mètres de long prenne forme. Et si l’écharpe vous semble déstructurée, c’est parce qu’il y a une légende à comprendre. Durant toute l’année 2018, la quinquagénaire tricotait quotidiennement. De cette manière, l’écharpe s’allongeait un petit peu chaque jour selon les retards du train régional qu’elle empruntait. Le gris correspond aux retards inférieurs à 5 minutes, le rose pâle aux retards compris entre 5 et 30 minutes, et le rouge, lui, correspond aux retards de plus de 30 minutes. « Le rouge est la couleur dominante. Défaillances de portes, pannes, problèmes de cadence … huit pelote y sont passées », a écrit la fille de la reine du tricot, Sara Weber, sur son compte Twitter.

Mais Claudia n’a pas voulu porter son œuvre autour de son cou. À la place, elle l’a mise en vente sur le célèbre site de ventes aux enchères, eBay. Et l’acheteur n’est autre que … la Deutsche Bahn (DB), la compagnie nationale de chemin de fer, pour la modique somme de 7 550 euros (8540 fr.). Cet argent, Claudia a décidé de le reverser à la Bahnhofmission, un organisme d’assistance aux voyageurs.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern