Dans son discours aux Autorités du pays, le roi Philippe résolument à l’écoute des jeunes (photos)

Dans l’agenda très chargé du roi Philippe, le discours aux Autorités du pays fait figure d’incontournable. Ce mardi 29 janvier, le souverain belge s’est donc exprimé depuis le Palais royal et face à ce que l’on appelait autrefois les Corps Constitués, à savoir toutes les institutions qui incarnent l’État belge. Le roi est monté à la tribune peu après Charles Michel et a d’abord présenté ses vœux : « À vous tous ici présents, la Reine et moi souhaitons une heureuse année 2019 ». Avant de se lancer dans le vif du sujet avec un discours qui, on le sait, ne peut être directement politique mais qui se doit néanmoins de refléter les grands courants et les grandes préoccupations qui traversent notre pays.

Dans son discours, le roi Philippe a abordé de nombreux thèmes, tous liés à l’actualité du moment, donc. Il a notamment évoqué la crise politique vécue en Belgique avec, pour l’heure, un gouvernement en affaires courantes et la perspective des élections de mai prochain. Le souverain n’a pas non plus oublié de souligner l’actuelle mobilisation citoyenne (émanant notamment de notre jeunesse) et de mettre en garde au sujet du dérèglement climatique. Le roi Philippe a, entre autres, insisté sur la notion de solidarité, une valeur qu’il met en avant dans de nombreux discours, et n’a pu faire l’impasse sur la révolution technologique que connaît notre société. Mais plus que de longues phrases synthétisant les paroles du roi Philippe, voici donc le texte prononcé par le souverain en personne en cette froide matinée du 29 janvier 2019 :

« Monsieur le Premier Ministre,

Je vous remercie pour les vœux que vous nous avez présentés au nom des autorités du pays. À vous tous ici présents la Reine et moi souhaitons une heureuse année 2019.

Mesdames et Messieurs,

Nous commençons cette année de façon inhabituelle, avec un gouvernement en affaires courantes. De mes entretiens menés avec le président de la Chambre, le premier ministre et les présidents de partis, je retiens qu’il existe une volonté unanime de garantir la bonne gestion du pays et la défense des intérêts à long terme de la population.

Plusieurs pays autour de nous connaissent des divisions et des paralysies. Au niveau international de nouvelles résistances se font jour sur des sujets aussi fondamentaux que le climat, la migration ou le commerce international. Ce sont pourtant des domaines où une intense collaboration est indispensable.

Dans le même temps, nous devons tirer parti des bouleversements qui résultent de la révolution technologique. Celle-ci exige certes un changement de nos modes de vie, elle met à l’épreuve notre capacité d’apprentissage et nous place devant de nouveaux défis en matière de sécurité et d’emploi. Mais elle crée avant tout d’immenses opportunités. La technologie ne pourra jamais remplacer les qualités proprement humaines et notre capacité de réflexion. Au contraire, elle ne peut que les compléter et les renforcer.

Face à ces évolutions, les citoyens attendent de leurs institutions des réponses ambitieuses et constructives.

Mesdames et Messieurs,

Nous cueillons aujourd’hui les fruits d’engagements antérieurs et d’actions qui ont exigé beaucoup de courage et d’efforts. En voici quelques exemples.

Des entrepreneurs et investisseurs audacieux ont créé un nombre record de start-ups, prêtes à conquérir le monde avec des produits et services innovants. Le monde de l’entreprise s’attelle activement à mettre en place de nouvelles formes de mobilité. Des mesures successives ont donné et donneront lieu à la création d’un nombre important d’emplois, qui demandent un personnel avec une formation répondant à de nouveaux besoins. Dans ce contexte, il est réjouissant de constater qu’un nombre historiquement élevé d’étudiants vient de terminer des études supérieures. Enfin, nos centres de connaissance ont conclu au cours des années passées de nombreux accords avec des partenaires internationaux, rendant un enseignement par-delà des frontières plus accessible que jamais.

Ce qui doit aussi nous encourager, c’est la mobilisation citoyenne qui illustre bien la vitalité de notre société et le souhait de contribuer à forger ensemble notre avenir. Nos démocraties sont sous pression, mais elles sont bien vivantes. Elles sont notre fierté et restent porteuses d’idéaux et de valeurs irremplaçables comme celles de l’écoute et du dialogue. Les divers mouvements auxquels nous assistons expriment une volonté d’action collective. Ils demandent une nouvelle dynamique économique et sociale, plus équitable. Et une adaptation fondamentale de nos modes de vie afin d’éviter un dérèglement irréversible de notre planète.

Rassemblons toutes ces énergies dans un projet qui crée de nouvelles opportunités pour tous nos concitoyens.

Un projet et une vision qui se traduisent dans des avancées concrètes.

Faisons preuve de créativité et de dynamisme en favorisant, notamment, l’affirmation, de nos pôles d’excellence. Consolidons la place de la Belgique parmi les nations les plus en pointe dans des secteurs porteurs d’avenir comme la biotechnologie, les nanotechnologies ou l’intelligence artificielle.

Faisons également de notre capitale, Bruxelles, un carrefour international fort de sa richesse culturelle, accueillant et rayonnant, en interaction avec nos autres régions et valorisant pleinement les atouts de notre pays.

Les jeunes montrent de l’ambition alliée à de profonds sentiments d’authenticité et de solidarité. Ils ont une conscience aiguë des besoins de notre planète. Donnons-leur la place qu’ils méritent et établissons avec eux le socle solide sur lequel ils pourront s’appuyer.

Mesdames et Messieurs,

Je vous invite à réfléchir et à travailler ensemble à ce nouvel élan, un projet pour la Belgique, au cœur de l’Europe. Un projet qui permettra à tous de voir plus que jamais l’avenir avec confiance.

Les institutions dont vous avez la charge sont le ciment de notre société démocratique. Ce sont des lieux où sont créés des liens, des lieux qui rassemblent. Elles sont à même, aussi, de faire obstacle aux informations fallacieuses et aux simplifications néfastes.

Au cours des prochains mois, dans la perspective de la nouvelle législature européenne, fédérale et régionale, votre tâche sera lourde et délicate. Le pays compte sur vous. »

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern