Kaaris annonce que son combat contre Booba aura lieu en Tunisie en juin et en livre les détails (vidéos)

Kaaris annonce que son combat contre Booba aura lieu en Tunisie en juin et en livre les détails (vidéos)
Capture d’écran - Twitter/RMC

Kaaris est en pleine promotion pour son album « Or Noir 3 ». Mais un sujet revient sans cesse sur le tapis au fil des entretiens médiatiques : son combat contre Booba. Et ce jeudi 7 février, Kaaris avait visiblement des choses à dire à ce sujet. Non, le combat ne se déroulera pas à Bruxelles, non, il n’a pas été annulé. « Bien sûr qu’il aura lieu ce combat », a lancé le rappeur. « Ce sera en Tunisie au mois de juin ».

« En terrain neutre »

On devrait donc bien voir les deux rappeurs se rendre coups pour coups dans un octogone. Un combat qui marquerait donc la fin (quoique) d’une longue guéguerre qui se déroule sur les réseaux sociaux et par médias interposés après avoir commencé du côté du Duty free de l’aéroport d’Orly en août 2018.

Kaaris aurait donc trouvé une alternative au Palais 12 du Heysel, à Bruxelles. Direction la Tunisie, comme il s’en explique sur RMC :

« La Belgique, c’était pas moi. L’idée du combat, c’est pas moi. Je n’ai fait que répondre, comme d’habitude. Aujourd’hui, j’ai le contrat pour la Tunisie. C’est là-bas que ça va se passer. En terrain neutre. Tous les coups ne seront pas permis : en MMA, on n’a pas le droit de mettre les doigts dans les yeux, de tirer les oreilles par exemple ».

« Un million pour chacun »

Kaaris estime que « Booba fait une fixette » sur lui. Armand, le vrai prénom de Kaaris, avance même que Booba a commencé à s’entraîner juste après la bagarre qui s’est déroulée dans l’aéroport français alors que l’idée de l’octogone n’était pas encore publique : « Tout ça, c’est une mascarade (…) Je n’étais pas au courant. Dès qu’il a senti qu’il était prêt, il a lancé le combat. Le piège était aussi là ».

Le rappeur a livré quelques détails sur le fameux contrat, comme le note BFMTV  : « Moi, c’est signé. Mais lui aussi il va signer, c’est sûr. On va le faire. Ce n’est pas Cyril Hanouna qui produira. Il sera peut-être là, mais ce n’est pas lui, ce sont des producteurs indépendants ». Et tout ça pour la modique somme « d’un million (d’euros) pour chacun » des rappeurs mués en boxeurs.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern