Le prêtre Alain de la Morandais choqué par Laeticia Hallyday après la mort de Johnny

Photonews
Photonews

«  Nuit du 6 décembre 2017. Il est 2 heures du mat’, je suis encore réveillé lorsque le téléphone sonne. Le Pr Khayat m’annonce la mort de Johnny et me demande de venir à la maison du chanteur (…) Laeticia est effondrée. Je la serre dans mes bas, elle est comme une feuille d’automne toute tremblante. Dans sa chambre, le gisant est couché, la tête bandée, menton relevé comme un Christ de Mantegna. Des femmes veillent. Elles se retirent et je me mets à genoux, recueilli. Le manager est là, silencieux, larmes aux yeux. Après le silence, je célèbre les onctions, en expliquant à mon veilleur la signification du rite. J’oins les yeux, les oreilles, le nez et cette bouche qui a soulevé des passions et des foules pendant tant et tant d’années. Puis je me mets à nouveau à genoux  », écrit le prêtre Alain de la Morandais.

Il discute un moment ensuite avec Laeticia à propos des funérailles de Johnny Hallyday. La veuve répond : « Il souhaitait être enterré à Saint-Barth’ mais on va faire quelque chose avant à Paris. Il faut nous aider. » «  Bien sûr. Pas cette semaine puisque l’enterrement de Jean d’Ormesson est prévu vendredi aux Invalides… Le mieux serait Saint-Eustache : c’est grand, une référence musicale, le curé est accueillant, il y a beaucoup de parkings autour. Ou alors, à Bercy  ?  », répond-il à son tour.

Elle lui promet de le tenir au courant mais elle ne le fait pas et il l’apprend dans les médias : «  Des rumeurs de médias me rapportent un projet d’enterrement à Notre-Dame de Paris, puis à la Madeleine. Ce samedi. Je me décide à l’appeler : propos confus et un peu contradictoires, gênés, dont il ressort que le corps serait enlevé et déposé aux aurores au mont Valérien… Et un enterrement samedi !  » Elle décide finalement de décider de toute seule sans l’aide du prêtre…

 
  • Comment les animaux vivent le deuil

    PHOTONEWS_10771703-039

    Les hommes ne sont pas les seuls à être affectés par la disparition d’un proche. Les bêtes aussi connaissent une forme de deuil. Voici quelques histoires étonnantes et interpellantes.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern