Lorie Pester raconte son combat contre l’endométriose et pousse un coup de gueule à l’Elysée (vidéo)

Lorie Pester raconte son combat contre l’endométriose et pousse un coup de gueule à l’Elysée (vidéo)
Belga Image

La chanteuse de « Ma positive attitude » a eu ses moments de tristesse où, contrairement à ce qu’elle dit dans ses paroles, il lui a été difficile de garder la tête haute. Il y a deux ans, alors âgée de 34 ans, Lorie Pester apprend qu’elle est atteinte d’endométriose, une maladie gynécologique qui peut empêcher une femme d’avoir des enfants. « Les premiers signes de la maladie ont été les douleurs, des douleurs atroces. C'était au moment de mes règles, j'étais coincée. J'étais obligée de rester au lit avec des antidouleurs et une bouillotte sur le ventre. (...) J'avais l'impression qu'on me tordait le ventre avec des coups de couteaux partout ». Mais la star décide de prendre sur elle. Après tout, les règles sont douloureuses pour beaucoup de femmes et cela ne veut pas forcément dire qu’un problème se cache derrière. Mais les douleurs deviennent vraiment trop fortes et lorsqu’elle fait une grossesse extra-utérine, Lorie prend son courage à deux mains et va consulter. Tard. Trop tard.

Tenter le tout pour le tout pour être maman

D’une part soulagée de bénéficier d’un traitement efficace contre la douleur et d’enfin savoir ce qui ne fonctionne pas correctement chez elle, la chanteuse prend alors conscience qu’elle ne pourra peut-être pas avoir d’enfants. Elle décide donc de faire congeler ses ovocytes mais se heurte à un obstacle de taille : « Tu ne peux pas le faire en France, sauf si tu es atteinte d'endométriose sévère. Je fais : 'Les amis, vous venez de me couper des bouts du tube digestif, de l'utérus, au niveau du diaphragme, j'ai un traitement qui me coupe les cycles... C'est un peu compliqué quand même.' On m'a répondu que mes ovaires n'avaient pas été touchés ». Lorie se rend alors en Espagne où elle constate avec étonnement que tout le monde parle français et que la majorité des patientes viennent tout droit de l’hexagone. Toutefois, la procédure n’est pas simple. La jeune femme prend du poids et frôle la dépression.

Coup de gueule à l’Elysée

Lorie a adressé une lettre ouverte au président : « Je lui ai dit que j'étais déçue, en colère, que je ne comprenais pas pourquoi aujourd'hui, en 2019, une femme ne peut pas congeler ses ovocytes sans justifier d'une maladie sévère. Tous nos pays voisins le font et les hommes peuvent congeler leurs spermatozoïdes avec une simple ordonnance ». Ce texte lui permet de rencontrer la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn. Ensemble, elles parlent de la situation des femmes atteintes d’endométriose ainsi que des revendications personnelles de Lorie Pester.

Si la chanteuse aurait souhaité garder cette maladie secrète dans un premier temps, elle souhaite aujourd’hui informer un maximum de jeunes filles pour qu’elles ne restent pas trop longtemps sans diagnostic.

Voici un extrait de l’interview :

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern