Accueil Actu Soirmag

Gilets Jaunes : voici un récapitulatif des évènements de la manifestation du 1er mai

Les manifestants « fêtent » les un an de « l’affaire Benalla ».

Temps de lecture: 3 min

Quelques gilets jaunes ont créé un évènement sur Facebook invitant toute personne à participer à une manifestation le 1er mai. Pourquoi ce jour-là ? Tout simplement pour fêter les un an de l’affaire Benalla. Le jour où la carrière de l’ancien conseiller de l’Élysée a dérapé.

> Fête du Travail : les gilets jaunes fêtent l’anniversaire du dérapage d’Alexandre Benalla (photos)

8h30

Le porte-parole de la police nationale, Michel Lavaud, a affirmé à France info que plusieurs interpellations avaient déjà eu lieu avant 8h30 ce matin : « Nous avons plusieurs interpellations, en cours de décompte, dans le cadre de contrôles préalables à Paris et dans toutes les villes où la vigilance est de mise, notamment pour détention d'objets illicites, port d'armes réelles ou par destination ». Grégory Joron, le secrétaire national SGP Police CRS a lui affirmé que des interpellations avaient été réalisées encore plus tôt : « Il y a déjà eu trois interpellations dans le courant de la nuit. (…) Il s’agit de trois individus de nationalité espagnole qui se réclamaient clairement des black blocs avec énormément de matériels, de produits inflammables, d'armes par destination, de masques à gaz », a-t-il dit à France Bleu Paris.

10h30

Toutefois, la manifestation ne commence réellement qu’à 14h30. Environ 100 personnes étaient déjà présentes sur place vers 10h30. 7400 policiers encadreront la manifestation au cours de la journée. Il n’est pas encore possible d’estimer le nombre de participants à Paris à l’heure actuelle.

Jean-Luc Mélenchon était interrogé au micro de BFM TV sur la convergence entre les syndicats et les gilets jaunes à l’occasion de la fête du Travail : « Je crois que la solution, c'est cette convergence populaire. Emmanuel Macron est victime de sa stratégie du pourrissement ».

12h

Vers midi, les black blocs tant redoutés du gouvernement sont arrivés sur le départ du cortège à Montparnasse (Paris) sous les applaudissements de certains Gilets Jaunes. Avec la foule, ils ont crié à l’attention de la police : « Tout le monde déteste la police ».

13h

Alors que les Gilets Jaunes n’ont pas encore démarré officiellement, les policiers du CRS mènent leur première charge contre les manifestants, selon les information de L’Obs. « Quelques secondes après avoir sorti une banderole renforcée le black blocs a chargé les CRS avant de se faire repousser. Grande confusion », a tweeté l’un de leur journaliste : Thomas Statius. Le but des CRS est de disperser les blacks blocs.

À 13h45, soit moins d’une heure avant le départ de la manifestation, les évènements dégénèrent encore un peu dans le cortège officiel à Montparnasse. Toujours selon l’un des journalistes de l’Obs, des objets métalliques et des pierres sont lancés près du restaurant « La Coupole », sur le boulevard du Montparnasse.

Quelques minutes plus tard dans le Doubs, quelques Gilets Jaunes tentent de s’introduire dans un commissariat : « Il y a eu deux tentatives d'intrusion via le parking qui se trouve à l'arrière du bâtiment. Les forces de l'ordre ont riposté par des jets de gaz lacrymogènes », a déclaré la préfecture.

Des manifestations se sont également déclenchées à Marseille. Là, le nombre de participants est estimé à 5500 selon Le Monde. À Bayonne, France Info rapporte que près de 6500 personnes seraient présentes.

Peu avant 14 heures, la préfecture de police de Paris a rapporté avoir réalisé 165 interpellations et 9016 contrôles préventifs avant 13h15.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une