La mannequin Ajak Deng pousse un cri d’alarme : « Si je me suicide, je le fais à cause de vous » (vidéos)

La mannequin Ajak Deng pousse un cri d’alarme : « Si je me suicide, je le fais à cause de vous » (vidéos)
Belga Image

Ajak Deng est une mannequin australienne de 29 ans. Le 1er mai dernier, elle s’est filmée en pleurs sur Instagram. La jeune femme le dit, elle n’en peut plus du monde du mannequinat : « C'est la vie que tout le monde veut, non ? Vous voulez être un put*** de mannequin, pas vrai ? Un mannequin qui réussit. Mais vous ignorez à quel point on est seule une fois au sommet. Et pas seulement cela. Les gens avec qui vous travaillez n'arrêtent pas de dire que vous devez être une meilleure personne, que vous êtes horrible. Constamment. Tous les jours ». Elle enchaîne ensuite : « Je suis à bout. Je n'en peux plus. Si je me suicide, sachez que je le fais à cause de vous. Je n'en peux plus, je n'y arrive pas ».

D’après les informations de Marie Claire, Ajak Deng est revenue sur les réseaux sociaux pour rassurer les ses fans ce vendredi 3 mai : « Salut tout le monde. J'apprécie tous les gentils messages débordant d'amour que j'ai reçu. Je vais de mieux en mieux, je veux juste que tout le monde sache que je vais bien. Merci beaucoup à vous tous ».

Ce n’est pas son premier SOS

Cela fait dix ans que la top défile pour les plus grands. Lanvin, Benetton, Calvin Klein ou encore Dior. Dix ans d’expérience … mais aussi d’usure. Selon Marie Claire, ce n’est pas la première fois qu’Ajak Deng craque. En 2016, la jeune femme avait annoncé sur son compte Instagram qu’elle quittait le monde de la mode : « Je retourne en Australie pour y vivre la vie que je mérite, une vraie vie. Je ne peux plus supporter les faux-semblants … Ma vie est trop courte pour tout ce drame ». Finalement, la mannequin avait fait le choix de persister dans l’univers de la mode au vu de tout le soutien qui lui avait été apporté.

Deux ans plus tard, Ajak Deng participe à une émission de BET Her, une chaîne référence de la culture noire américaine, dans laquelle elle exprimait aux côtés d’autres mannequins les difficultés de la profession mais également les situations aberrantes auxquelles elles avaient été confrontées. Elle raconte dans la vidéo qu’une mannequin blanche lui aurait demandé s’il était vrai que les peaux noires étaient imperméables à l’eau. Mais ce n’est pas tout : « Est-ce que tu as un goût de chocolat si je te lèche la peau ? », lui a demandé l’autre mannequin. « J'ai dû lui dire que je ne le laisserais pas faire ça mais qu'il pouvait goûter sa propre peau parce que la mienne aurait le même goût », affirme Ajak Deng.

 
  • Le prince Laurent bientôt indemnisé

    L’obstination de Laurent devrait finir par payer. Le Prince est dans son droit. C’est au monde politique de suivre.

    Reconnu dans ses droits à cinq reprises par la justice dans son procès contre la Libye, le frère du Roi se bat depuis 2014 pour récupérer les 48 millions d’euros dus. Le dossier doit se débloquer ce vendredi 22.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Voltaire, un jeune intenable!

    Ouverture (RTBF)

    Thomas Solivérès incarne le philosophe au début de sa vie. Très tôt celui qui brigue la gloire, les femmes et l’argent bouscule les conventions, en maître de la pensée.