Le Manneken Pis habillé en agriculteur africain urinera du lait pour des prix équitables

Le Manneken Pis habillé en agriculteur africain urinera du lait pour des prix équitables
BelgaImage

Le lait est une source importante de revenus pour ces éleveurs, selon Vétérinaires sans frontières. Selon l’ONG, 60 % de la population d’Afrique de l’Ouest vit de l’élevage et de l’agriculture. Les animaux tels que les vaches et les chèvres fournissent du lait, du fumier et un revenu. « Le lait est l’une des rares sources de protéines pour les familles défavorisées dans les campagnes africaines. Un manque de lait entraîne la malnutrition. Le lait joue donc un rôle essentiel dans la lutte contre la famine et la pauvreté. Dans les zones sèches et désertiques, l’élevage est souvent le seul moyen pour survivre », souligne la porte-parole de l’organisation, Josti Gadeyne.

Alors qu’une vache belge produit en moyenne 25 à 35 litres de lait par jour, une vache africaine en produit 2 à 3 litres dans le meilleur des cas. Pendant la saison sèche, elles produisent même moins de 1 litre en raison de la pénurie d’eau, d’herbe et de soins pour les animaux.

« Le peu de lait que les agriculteurs d’Afrique de l’Ouest peuvent vendre ne leur rapporte presque rien. Les excédents laitiers européens inondent et perturbent le marché local. Ce n’est même pas du vrai lait, mais du lait écrémé en poudre, enrichi avec tout sauf de l’huile de palme durable. Ce lait est trois fois moins cher que celui des agriculteurs locaux. Si l’Union européenne continue de se débarrasser de ses excédents de lait en Afrique de l’Ouest, elle poussera encore davantage les agriculteurs locaux dans la pauvreté », conclut Mme Gadeyne.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern