Coucher avec un ex: bonne ou mauvaise idée?

Coucher avec un ex: bonne ou mauvaise idée?

Jamais ! Au grand jamais, il ne faut renouer avec une ancienne relation ! Éviter les coups de fil comme les SMS et surtout les galipettes sont les grands conseils généralement prodigués après une séparation. Faire l’amour avec son ancienne liaison induit des émotions qui ne facilitent guère la séparation, fragilise la reconstruction permettant d’aller de l’avant et de recommencer une nouvelle relation.

Pourtant nombreux sont les anciens amants qui se retrouvent pour une nuit. Pas moins de 20 % des hommes et des femmes renouent occasionnellement dans les quatre mois suivant la séparation selon une étude de 2012 (1) et ce, quels que soient le type de la relation et l’âge. Mais « Staying connected when coming apart » montrait qu’il ne fallait pas s’inquiéter de ce comportement : il ne porterait pas à préjudice.

Les personnes les plus en souffrance veulent des relations

Première surprise qui vient d’être confirmée par un autre travail (2) publié en avril dernier dans « Archives of Sexual Behavior ». Stéphanie Spielmann, psychologue américaine de la Wayne State University de Detroit et ses collègues canadiennes Samantha Joël et Emily Impett ont voulu savoir quel est l’impact réel de relations sexuelles avec un.e ex. Elles ont ainsi recruté quelque 113 personnes séparées depuis un peu plus de huit jours. Elles leur ont demandé de répondre pendant les quatre semaines suivantes à des questions touchant aussi bien leurs sentiments que leurs comportements. Se sentent-elles émotionnellement attachées à leur ancien conjoint ? Sont-elles perturbées par la rupture ? Ont-elles recherché un contact sexuel avec l’ex ? Celui-ci a – t-il abouti ? Quels sentiments ont-elles alors éprouvés ?

Accepter la rupture, le plus important

Premier constat qui ne surprendra pas grand monde : les personnes qui se retrouvent dans l’intimité avec leur ancien partenaire sont celles qui souffrent le plus de la séparation. Et leur « forfait » perpétré, elles se sentent plus attachées émotionnellement à leur ancien partenaire mais… aussi plus en forme.

Peut-être sont-elles mieux parce qu’elles croient que l’amour va renaître tel le phénix ? Pas tant que cela si l’on en croit la récente étude américano-canadienne puisque deux mois plus tard, le temps a confirmé (et un tant soit peu allégé la souffrance) la rupture mais il a réservé une belle surprise : les personnes qui ont couché avec leur ex pour retrouver le lien passé et la proximité d’autrefois ne se sentent pas plus mal que celles qui n’ont eu aucun contact. Leur reconstruction n’a été aucunement impactée par leur nuit d’amour et leur « craquage ». Elles se sont progressivement éloignées, détachées de leur ex au fil des jours. La rapidité de ce processus de récupération n’a pas été ralentie, ni accélérée chez celles qui ont eu des relations sexuelles avec l’ancien partenaire. Il y a aucune différence entre les deux comportements. Ce qui importe avant tout dans la reconstruction est l’acceptation de la rupture, peu importe que l’on couche ou non. Plus la séparation est acceptée, plus l’adaptation à la nouvelle vie est grande, que l’on ait eu ou non une relation avec son ancien amour.

Pas de leçon de morale

Pas de culpabilisation donc, ni d’inquiétude si vous avez couché avec votre ex. L’étude nous montre ainsi que les humains sont toujours plus complexes qu’on ne le croit et qu’il ne faut pas trop vite condamner les personnes qui ont craqué pour leur ancien amour. Les processus de reconstruction sont multiples et les histoires d’amour compliquées, ne répondant pas à des principes et généralités. La recherche des trois psys semble montrer que l’on peut coucher avec la femme ou l’homme qu’on a aimé après une rupture sans que le comportement n’entraîne de préjudices psys. Bien sûr l’étude se limite aux deux mois qui suivent la rupture et ne dit pas ce qui se passe après mais elle ébranle les grandes vérités en la matière et montre que le plus important est l’acceptation la rupture.

Le sexe induit du bien-être

Mais l’étude est intéressante sur un autre point car elle a tenté de savoir si c’est la nuit d’amour avec l’ex qui fait que les partenaires se sentent plus attachés émotionnellement l’un à l’autre, ou si c’est le lien émotionnel qui nous pousse à avoir envie d’une relation sexuelle. Le sexe induit-il l’émotionnel ou est-ce au contraire, l’affectif qui entraîne le rapprochement des corps ? Après avoir examiné les réponses des participants, les psys ont conclu que les relations sexuelles avec l’ancien amoureux ou l’ancienne amoureuse étaient associées à une augmentation du sentiment de bien-être dans les jours suivants. Faut-il voir là les effets positifs de la sexualité qui est un excellent antidépresseur et antistress ? Peut-être. En attendant d’autres études, il semblerait que même dans le contexte difficile de rapports suivant une rupture, l’intimité sexuelle procure mille et un bienfaits !

(1)Staying connected when coming apart : the psychological correlates of contact and sex with an ex-partner » étude de Mason, A. E., Sbarra, D. A., Bryan, A. E. B., & Lee L. A. publiée en 2012 dans Journal of Social and Clinical Psychology

(2)Pursuing Sex with an Ex : Does It Hinder Breakup Recovery ? Étude de St. S. Spielmann, S. Joel et E. A. Impett parue en avril 2019 dans Archives of Sexual Behavior

Sur le même sujet
Politique
 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern