Hommes et femmes : la grande incompréhension sexuelle

Hommes et femmes : la grande incompréhension sexuelle

L’amour peut être là, fort et puissant mais il n’empêche pas les problèmes, les disputes et les éloignements. L’homme et la femme appartiendraient à des mondes différents, si l’on en croit Philippe Brenot et le mariage d’amour qui les unit à présent, n’a pas gommé les différences culturelles et naturelles qui les séparent. Celles-ci se manifestent aussi bien dans la façon de communiquer que de vivre la sexualité. Dans son ouvrage « Pourquoi c’est si compliqué l’amour ? », le psychiatre anthropologue français et thérapeute de couple nous aide à les comprendre en remontant aux origines de nos cousins, les primates puis dans l’histoire de la société patriarcale. Ensuite il nous donne des pistes pour surmonter ces désaccords.

Hommes et femmes, deux mondes différents

Ces conseils sont sans doute plus intéressants pour les hommes qui apprendront à se décentrer et verront combien leur fonctionnement érotique n’est pas universel et que nombre de femmes ne fonctionnent pas comme eux mais ont besoin d’être détendues et mises en confiance pour désirer puis éprouver du plaisir. Ils apprendront que les rencontres sexuelles ne peuvent se réduire au coït s’ils veulent que leurs partenaires soient aux anges mais qu’elles sont des rencontres qui ne s’expédient pas en deux temps et trois mouvements de bassin. La simple pénétration n’est pas le meilleur moyen – loin s’en faut – de faire jouir une femme. En cela, les solutions proposées par le docteur Brenot sont judicieuses car elles permettent d’élargir les scripts des rencontres sexuelles trop souvent encore réduites à la pénétration. S’aimer, c’est se rencontrer, se regarder, se toucher, se manger, se pénétrer, se lécher, s’embrasser, se caresser et tout cela en ordre dispersé…

Mais les conseils de Philippe Brenot présents dans cet ouvrage qui insistent sur la lente et progressive préparation de la rencontre sexuelle entre les hommes et les femmes pourraient aussi participer au maintien de ces dernières dans la posture d’êtres peu sexués dans lesquelles des millénaires d’histoire patriarcale les ont enfermées, elles qu’il faut progressivement apprivoiser et approcher en douceur pour qu’elles consentent à un rapport sexuel. Les recommandations sont judicieuses simplement parce que s’aimer, c’est une rencontre érotique et non l’évacuation simple d’une tension ou d’une excitation. Mais pour avoir du plaisir lors d’un rapport sexuel, les femmes ne doivent pas seulement attendre des partenaires patients mais elles doivent avant toute chose éveiller leur corps, travailler leur sensualité et développer leur sexualité.

L’excitation différencie fortement les deux sexes

Dans cet ouvrage, vous nous expliquez que les sexualités des hommes et des femmes ne s’accordent jamais facilement… Qu’est ce qui les sépare ?

« Le plus grand malentendu entre les hommes et les femmes se situe au niveau de l’excitation. L’homme a une sexualité peu conditionnelle, il entre très vite en érection. S’il a une partenaire adroite, il peut directement être excité, sans avoir besoin ni d’être séduit, ni de désirer. Son érection est un réflexe. La femme au contraire a une sexualité très conditionnée, dépendante de différents éléments, de l’ambiance comme du sentiment amoureux, de la qualité de la relation mais aussi des soucis et des préoccupations… Tous ces éléments peuvent interagir pour faciliter ou ralentir, et même interdire, la disponibilité sexuelle. Mais les contraintes de la vie moderne sont à l’origine de ce qu’on appelle l’« hypodésir féminin chronique », ce mal-être que beaucoup de femmes vivent difficilement. »

Pour remédier au malentendu qui existe dans l’intimité entre hommes et femmes, vous donnez ce conseil à la formulation étonnante : faites à l’autre ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fasse !

« La formule est curieuse mais elle signifie qu’il faut prendre le contre-pied de nos attitudes spontanées ; nous avons souvent tendance à faire l’autre ce que nous voudrions qu’il nous fasse. Les hommes doivent faire à leur partenaire le contraire de ce qu’ils désirent. Ils doivent commencer par la caresser longtemps et doucement à des endroits du corps éloignés de la zone génitale ; ils peuvent masser la tête, les pieds et progressivement la détendre et aller vers des gestes plus érotiques. Quant aux femmes, elles doivent caresser plus directement leur partenaire : effleurer, toucher et masser son sexe. »

Afin de dépasser ces différences entre les deux sexes, vous conseillez de décomposer l’approche intime en 5 moments que vous appelez les 5 temps de l’amour.

« Il faut que la rencontre intime passe à chaque fois par 5 temps. Le premier est celui de la séduction. La rencontre s’est produite et les premiers contacts sont ceux des regards qui se transmettent, des premières émotions et premiers ressentis. Ces regards permettent de voir la réceptivité de l’autre. Après ce temps, il y a celui de la tendresse qui ouvre les premiers contacts corporels : ceux des mains et des lèvres. Le 3 e temps est celui du désir qui fait appel à l’imaginaire, aux fantasmes. C’est celui des gestes érotiques et caresses subtiles. Le 4 e temps est celui de l’excitation. C’est une étape essentielle, si les deux partenaires l’ont atteint, il n’y a pas de problème, l’acte sexuel peut s’accomplir. Mais si l’un est excité et l’autre pas, l’acte s’interrompt car il faut le consentement des deux partenaires. Une pénétration sans l’excitation féminine ne devrait jamais se produire. Puis vient la dernière phase : celle de la sexualité proprement dite et souvent de la pénétration. Très souvent encore dans l’imaginaire populaire, le rapport sexuel n’est complet que s’il y a pénétration. Ces 5 étapes sont importantes que cela soit lors de la première rencontre ou dans la vie du couple bien établi ; elles devraient être comprises de tous et appliquées lors de toutes les rencontres amoureuses alors que ce n’est pas le cas. Souvent les hommes brûlent les 3 premières étapes, ce qui cause beaucoup de malentendus. »

Pourquoi c’est si compliqué l’amour ? est publié aux éditions les arènes. 200 p., 17,90 euros.

Sur le même sujet
Sexualité
 
  • Belgaimage

    Quel prince charmant pour Elisabeth?

    Majeure dans deux mois, la future Reine des Belges a encore quelques années devant elle avant de se marier. Qui seraient les prétendants possibles, de son âge, dans les Cours européennes ? « Soir mag » a fait l’exercice.

  • jail (DR)

    Ces femmes fascinées par les grands criminels

    De Landru à Salah Abdeslam, nombre de détenus dangereux reçoivent des lettres d’admiratrices transies. Quelles sont les raisons qui poussent certaines femmes à « consommer » de l’horrible ?

  • Belgaimage

    Le prince Andrew au cœur de l’affaire Epstein

    Le fils d’Elizabeth II connaissait très bien l’abuseur milliardaire, qu’il avait même invité à Balmoral en présence de la Reine !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Signé Stéphane Bern: best of

    Pendant les vacances, nous vous faisons profiter du meilleur de Stéphane Bern, grâce à un best of concocté spécialement pour vous. Cette semaine, (re)découvrez l’annonce de Michelle Obama: elle ne se présentera pas à la Maison-Blanche.