À la télé ce soir: la série «Chernobyl» enfin en télé ou «Le Bon, la Brute et le Truand» (vidéos)

À la télé ce soir: la série «Chernobyl» enfin en télé ou «Le Bon, la Brute et le Truand» (vidéos)
BelgaImage

Vous avez prévu un lundi télé mais vous ne savez pas quoi regarder ? Allez, hop, suivez le guide !

Chernobyl, à 20h30 sur BE 1

Certes, il faut être abonné à Be TV pour pouvoir suivre le premier épisode de cette série. Mais Soir mag ne pouvait faire l’impasse tant la production de HBO a révolutionné le genre et tant elle a fait parler d’elle.

Le 26 avril 1986, une explosion retentit dans la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine (URSS à l’époque), provoquant une catastrophe sans précédent. Ici, le premier épisode d’une mini-série de cinq qui retrace de façon historique les événements. Grandiose !

Voir la vidéo sur mobile

Le Bon, la Brute et le Truand, à 21h05 sur France 3

En pleine guerre de Sécession, trois crapules prétendument associées en affaire s’affrontent sans merci pour s’approprier un fabuleux magot.

Voir la vidéo sur mobile

Plaidoyer contre la guerre et épopée de l’Ouest sauvage, cet exercice de style signée Sergio Leone est brillant et esthétique. Il marquait qui plus est l’apogée du western spaghetti, rythmé par la musique enivrante d’Ennio Morricone. Indémodable, et incarné à merveille par Clitn Eastwood, Eli Wallach et Lee Van Cleef.

Les étoiles de Dominique Deprêtre

Le bon, la brute et le truand, à 21h05 sur France 3 - Quatre étoiles

de Sergio Leone (1966)

Dans son troisième western spaghetti, Sergio Leone ajouta la dimension historique (la guerre de Sécession) à sa vision baroque d’un genre en déclin qu’il révolutionna complètement. Tout y respire l’inspiration, la précision et la perfection, avec en point d’orgue la fabuleuse partition d’Ennio Morricone qui était, en fait, déjà diffusée sur le plateau au moment du tournage. Les superlatifs manquent pour qualifier ce chef-d’œuvre absolu, aujourd’hui unanimement reconnu comme un des meilleurs films de tous les temps.

Major Dundee, à 22h45 sur Arte - Quatre étoiles

de Sam Peckinpah (1965)

Entre le crépusculaire et cinéphilique « Coups de feu dans la Sierra » réunissant Randolph Scott et Joel McCrea, les deux « seconds » couteaux vieillissants de genre, et la mythique « Horde sauvage » aux accents léonieins, le natif de Fresn a écrit et réalisé « le western de la haine » tel que qualifié dans la plupart des anthologies. Et avec raison puisque Nordistes, Sudistes, Indiens, Mexicains et même… Français s’y retrouvent autour de Charlton Heston, Richard Harris et la di-vi-ne Senta Berger. Une magistrale synthèse du genre et un autre chef-d’œuvre à redécouvrir.

47 Ronin, à 20h00 sur Club RTL - Deux étoiles

de Carl Rinsch (2013)

Mise en scène par un néophyte virtuose, cette évocation d’une légende nipponne basée sur une histoire vraie du XVIIIe siècle s’égare sans trop d’exagérations heureusement dans des considérations fantastiques évidemment très à la mode avec des dragons, des surhommes et… une envoûtante sorcière.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern