Tout un symbole: des balançoires installées à travers le mur qui sépare le Mexique et les États-Unis (photos et vidéo)

Tout un symbole: des balançoires installées à travers le mur qui sépare le Mexique et les États-Unis (photos et vidéo)
Luis Torres - AFP

Le projet est vieux de dix ans. Sa concrétisation avait pourtant bien tardé : mais elle a finalement eu lieu ce dimanche 28 juillet à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. En 2009, deux professeurs d’université avaient eu pour idée de construire des balançoires à travers le mur. L’un des protagonistes est à gauche, côté mexicain. L’autre à droite, côté américain. Le but initial ? Permettre aux enfants des deux pays de s’amuser ensemble.

Une sorte de pied-de-nez qui prend toute sa portée symbolique alors que la Cour suprême américaine a autorisé ce vendredi 26 juillet l’administration Trump à utiliser 2,5 milliards de dollars issus du budget du Pentagone pour mener à bien ce projet polémique auquel Donald Trump tient tant : à savoir ce « wall » tout le long de la frontière américano-mexicaine.

Luis Torres - AFP

« Un événement rempli de joie »

Ronald Rael et Virginia San Fratello – professeure associée de design à San Jose State – avaient donc eu l’idée de ce « mur à bascule » en 2009. Ce dimanche 28 juillet, le premier, professeur d’architecture du côté de l’Université de Berkeley, a publié une émouvante vidéo sur son compte Instagram où l’on voit des enfants jouer de part et d’autre de la frontière.

« Une des expériences les plus incroyables de ma carrière (…), un événement rempli de joie, d’enthousiasme et de convivialité à la frontière », a-t-il écrit dans des propos repris par le Huffington Post.

Luis Torres - AFP

« Le mur est devenu un pivot »

Les balançoires, sorte d’objet symbole de l’insouciance et de l’amusement, ont été placées dans la colonie mexicaine d’Anapra, l’une des plus pauvres de la ville de Juárez. Juste en face : le Nouveau-Mexique américain. Toujours est-il que l’installation a alerté l’AFP qui a dépêché un photojournaliste qui a ramené quelques clichés des lieux.

>Les conséquences de l’obsession de Trump pour un mur à la frontière avec le Mexique

Luis Torres - AFP

« Le mur est devenu un pivot pour les relations américano-mexicaines. Les enfants et les adultes ont été liés de manière significative des deux côtés, sachant que les actes commis d’un côté ont des conséquences directes de l’autre côté », continue le professeur sur Instagram. Reste à savoir si Donald Trump verra ces quelques images et s’il y verra toute la portée symbolique que ces instantanés transmettent.

Luis Torres - AFP

Luis Torres - AFP

 
  • Belgaimage

    François De Brigode, photographe du confinement

    Le journaliste de la RTBF partage au quotidien un cliché de la situation actuelle.

  • Belgaimage

    Soutenons nos héros: vos messages

    Vous êtes nombreux à avoir répondu à notre appel de soutien envers tous les héros du quotidien pendant ce confinement. Voici une sélection de vos encouragements précieux. Merci à vous tous !

  • Dominique Strauss Kahn and Myriam L Aouffir attend the 16th Marrakech International Film Festival. Marrakech, Morocco - 05/12/2016//COLLET_0005-111/Credit:GUILLAUME COLLET/SIPA/1612060209 *** local caption *** 00784161

    Le retour gagnant de DSK

    Neuf ans après l’affaire du Sofitel, Dominique Strauss-Kahn s’est refait une santé. Aussi discret dans les médias qu’actif dans les affaires…

Signé duBus
Signé Stéphane Bern