Sexe et désirs selon Virginie Efira

Sexe et désirs selon Virginie Efira

Elle est aussi talentueuse que séduisante. Virginie Efira est cette comédienne belge qui ne cesse de nous étonner sur le grand écran. Dans le numéro des « Inrockuptibles » consacré au sexe, elle explique sa vision du sexy.

Morceaux choisis de son interview « Sexpress ».

À propos de son envie d’être sexy :

« Quand j’étais plus jeune, j’avais tout l’attirail du sexy volontaire et normé. Je ne voyais pas l’intérêt de porter des vêtements qui ne laissaient pas apparaître la moitié de mes seins, je me maquillais autant qu’une drag-queen, je portais exclusivement des talons et une chaîne à la cheville. Maintenant que je suis moins timide et plus vieille, je me suis calmée sur tout ça ! Mais se sentir sexy dans le sens se sentir quelqu’un de désirant, voir de désiré (chose sur laquelle nous avons moins de prise) est quand même quelque chose que je recherche encore. »

À propos des parties du corps de ses partenaires qu’elle fétichise :

« La bouche, l’odeur, la voix. Une légère quantification du poil. »

À propos de la fréquence de ses pensées érotiques :

« J’avais lu un jour une étude ou un sondage, je ne me rappelle plus, qui expliquait que les hommes étaient traversés très régulièrement par des pensées érotiques contrairement aux femmes. Qui disait aussi que les hommes étaient plus visuels que les femmes. Et quantité d’autres choses qui m’ont fait penser que j’étais un garçon probablement. »

À propos des liens sexe et amour :

« Je trouve que c’est mille fois mieux quand il y a de l’amour. Parce que du coup, ça permet de ne plus mettre en jeu cette question-là et de passer à quelque chose de purement sexuel. »

À propos du désir et de son injustice :

« Il n’y a pas de justice dans le désir ni en amour ! Heureusement, je crois. »

Dans ce numéro des Inrockuptibles, il y a encore des reportages sur la sexualité des post-millennials ou les backrooms, des enquêtes sur la sexualité des femmes en prison, la pénétration ou la mode des sex-toys au Japon, des portraits, des interviews et des portfolios photos décoiffants.

 
  • Le prince Laurent bientôt indemnisé

    L’obstination de Laurent devrait finir par payer. Le Prince est dans son droit. C’est au monde politique de suivre.

    Reconnu dans ses droits à cinq reprises par la justice dans son procès contre la Libye, le frère du Roi se bat depuis 2014 pour récupérer les 48 millions d’euros dus. Le dossier doit se débloquer ce vendredi 22.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Voltaire, un jeune intenable!

    Ouverture (RTBF)

    Thomas Solivérès incarne le philosophe au début de sa vie. Très tôt celui qui brigue la gloire, les femmes et l’argent bouscule les conventions, en maître de la pensée.