Pour lutter contre les vols sur les plages, la Sardaigne engage des «gardiens de sable»

Pour lutter contre les vols sur les plages, la Sardaigne engage des «gardiens de sable»

Les Italiens ont décidé de passer à l’offensive après une série de vols de sable. A Cabras, en Sardaigne, la ville a décidé d’engager des « gardiens de sable », chargés de signaler toutes les tentatives de collecte trop importantes du sable local.

Ces civils, porteurs de T-shirt permettant de les reconnaître, sont rattachés à la Direction de la zone marine protégée de la Péninsule du Sinis et serviront de renfort aux autorités locales – police et surveillants de baignade.

« Il n’est pas toujours facile pour les usagers de signaler (à la police) ou d’indiquer la position exacte d’une personne en train de voler du sable ou de fumer sous un parasol », explique le maire de Cabras, dans l’ouest de la Sardaigne à l’agence Agi. Car en plus de s’assurer que le sable italien reste bien en Italie, les « gardiens de sable » veilleront également à faire respecter l’interdiction de fumer ou de laisser ses déchets sur la plage. « Ce groupe de personnes opère directement sur la plage et peut donc être plus efficace », juge le maire.

Il faut dire que depuis quelque temps, l’Italie a décidé de passer à l’offensive face aux touristes qui oublient parfois de respecter certaines règles élémentaires. Ainsi, à l’aéroport d’Elmas, les servies de sécurités ont retrouvé quelque 200 kg de sables dans les valises de touristes, comme le révèle la page Facebook « Sardegna rubata e depredata » (« Sardaigne volée et dégradée »), une page qui a de plus en plus de succès.

La collecte de sable, de coquillages ou de galet est passible d’un à six ans de prison en Italie.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern