États-Unis : le projet d'envahir la « zone 51 » a fait un flop

AFP
AFP

Un véritable flop. Les réseaux sociaux annonçaient deux millions de personnes pour « donner l'assaut » à une base secrète de l'armée américaine dans le désert du Nevada, accusée par les conspirationnistes de tout poil d'y cacher des aliens : ils ne sont finalement pas plus d'une centaine à avoir fait le déplacement, ce vendredi 20 septembre.

Tout a commencé par un message sur Facebook organisant un événement intitulé « Prenons d'assaut la Zone 51, ils ne peuvent pas nous arrêter tous ». L'idée était d'envahir le 20 septembre à 3 heures du matin cette fameuse « Zone 51 », une base de l'US Air Force si secrète que son existence même n'a été reconnue par la CIA qu'en 2013. Relayé par les médias et moqué par les humoristes, l'événement avait fait grand bruit, incitant même l'armée américaine à adresser une sévère mise en garde aux audacieux qui auraient vraiment l'idée d'envahir le site. Au total, deux millions de personnes s'étaient inscrites lorsque Facebook a supprimé début août l'événement, qui ne respectait pas ses critères de publication.

AFP
AFP

Simple blague

Seul hic: Matthew Roberts, l'initiateur de cet événement, a depuis reconnu qu'il s'agissait d'une simple blague qui lui était passée par la tête « quand il s'ennuyait à 2 heures du matin ». Le jeune homme dit avoir été inspiré par un autre message Facebook qui appelait à voler les 10 000 lacs du Minnesota, avoir trouvé l'idée de la « zone 51 » pour faire encore plus loufoque puis être allé se coucher.

Selon des médias locaux, seule une centaine de personnes, souvent déguisées ou portant parfois un bonnet en papier d'aluminium pour se protéger des ondes, a finalement répondu à l'appel dans la nuit de jeudi à vendredi, pour un rassemblement plutôt festif qui s'est soldé par une seule arrestation. L'infortuné contestataire est un homme ayant uriné sur l'entrée du site, dont la route d'accès avait été fermée environ 1,5 km en amont par les autorités.

La rédaction avec AFP

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern