CBS prépare une mini-série sur Trump et James Comey, l’ex-patron du FBI

Donald Trump et James Comey
Donald Trump et James Comey - Belgaimage

C’est le comédien irlandais Brendan Gleeson qui incarnera le président américain, a révélé lundi le studio sur son compte Twitter. Plusieurs fois nommé aux Golden Globes, l’acteur de 64 ans est notamment connu pour son rôle d’Alastor Maugrey « Fol’Œil » dans Harry Potter et pour son interprétation remarquée de Winston Churchill dans « Au coeur de la tempête » (2009).

Le groupe CBS n’a pas encore annoncé la date de diffusion, ni le canal choisi. Il s’agira toutefois de la plateforme de vidéo en ligne CBS All Access, de la chaîne câblée Showtime, ou des deux, a indiqué à l’AFP une source proche du studio. James Comey sera quant à lui joué par l’acteur américain Jeff Daniels, également plusieurs fois nommé aux Golden Globes et actuellement à l’affiche de la pièce événement de l’année à Broadway, « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur ».

Publié le 17 avril 2018, « Mensonges et vérités » a été l’un des premiers livres à exposer de l’intérieur le fonctionnement de l’administration Trump. L’ex-directeur du FBI de 58 ans y dépeint Donald Trump comme un personnage malhonnête et égocentrique, comparant notamment ses méthodes à celles d’un chef mafieux. Le livre s’est vendu à plus d’un million d’exemplaire aux États-Unis.

Ingérences russes

James Comey a affirmé sous serment lors d’une audition au Sénat, en juin 2017, que le président lui avait demandé d’abandonner un volet de l’enquête sur de possibles ingérences russes impliquant le général Michael Flynn, son ex-conseiller à la sécurité nationale. Donald Trump avait limogé M. Comey sans égard le 9 mai 2017, alors que ses services enquêtaient sur les liens éventuels entre des membres de l’équipe de campagne de Donald Trump et Moscou.

Officiellement, la décision est liée à la manière dont James Comey a géré la fin de l’enquête sur l’utilisation par Hillary Clinton, lorsqu’elle était secrétaire d’État de l’administration Obama, d’un serveur privé pour recevoir des courriers électroniques officiels. Selon plusieurs médias américains, Donald Trump aurait utilisé cette affaire comme un prétexte pour écarter James Comey, exaspéré par une enquête russe qu’il a qualifiée de « chasse aux sorcières ».

 
  • Vaticangate: les ennemis du pape

    BelgaImage

    Des ultraconservateurs ont déclaré la guerre à François et œuvrent en coulisses pour manipuler le choix de son futur successeur…

Signé duBus
Signé Stéphane Bern