Un mystère vieux de deux siècles: Kaspar Hauser, l’orphelin de l’Europe

Kaspar Hauser, jeune homme au commissariat de police de Nuremberg en 1828.
Kaspar Hauser, jeune homme au commissariat de police de Nuremberg en 1828. - Belgaimage

Le 26 mai 1828, dans une rue de Nuremberg, deux passants sont abordés par un adolescent titubant, apparemment perdu. Hébété, quasiment muet, celui-ci tient une lettre adressée au capitaine Wessnich, commandant au 6e régiment de chevau-légers. Selon ce billet rédigé par sa mère – qui reste anonyme – l’enfant serait né le 30 avril 1812, avant d’être confié aux soins d’un « pauvre journalier ». En réalité, le malheureux sait à peine griffonner son nom – Kaspar Hauser – et articuler quelques mots. Cependant, placé sous la protection du bourgmestre, Kaspar réussira vite à s’exprimer....

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète