Gad Elmaleh assure savoir qui est CopyComic et accuse: «Plusieurs personnes se sont liguées» (vidéos)

Gad Elmaleh dans l’émission «
Quotidien
» ce lundi 14 octobre.
Gad Elmaleh dans l’émission « Quotidien » ce lundi 14 octobre. - Capture d’écran - TF1

L’affaire CopyComic ne lui « pourrit plus la vie », il l’assure. Gad Elmaleh a décidé de l’affronter et de ne plus se cacher derrière de fausses excuses ou des blagues ratées. Dans Le Parisien, déjà, il déclarait fin septembre s’être inspiré, avoir « pris des choses » pour les mettre « à sa sauce ». « Peut-être qu’on a été dans la facilité en s’inspirant de techniques de vannes, des chutes, des punchlines des Américains », expliquait-il alors.

Lire aussi VIDEO

« Je n’étais pas capable d’avouer »

Ce lundi 14 octobre, l’humoriste français était l’invité de Yann Barthès sur TMC. Il a bien sûr dû faire face à de nouvelles questions sur la polémique de plagiat. Accusé par la mystérieuse chaîne YouTube CopyComic, il a lancé un véritable combat juridique pour découvrir qui se cachait derrière ce compte.

Mais il a aussi, dans « Quotidien », confirmé ses inspirations : « Récemment, j’ai avoué de qui je m’étais inspiré, ce qui m’a inspiré. Et à côté de ça, il y avait des choses pas honnêtes ». Des aveux tardifs, interroge le présentateur de l’émission. « Ouais », confirme Gad Elmaleh qui se lance dans une blague comme pour cacher son malaise, avant de reprendre son sérieux, comme le note LCI  : « D’ailleurs, j’avoue que j’ai avoué tard là (…) Parce que je n’étais pas capable ».

>Plagiat : le vengeur masqué qui fait trembler Gad Elmaleh (vidéo)

« On s’en fout de qui c’est », vraiment ?

Gad Elmaleh, pendant longtemps, s’est concentré sur l’identité de CopyComic plutôt que sur le fond du dossier, à savoir le plagiat dont il est accusé. Il a cherché à savoir qui rendait publiques ses inspirations (voire plus…) et qui, selon l’humoriste, cherchait à lui nuire. « J’ai déjà donné cet exemple. Mais quand on prend une gifle au milieu de la foule, la première chose qu’on veut, c’est savoir qui vous a mis la gifle », explique-t-il pour justifier son acharnement.

« Il n’y a personne dans la vie qui dit ‘Écoute, il doit y avoir un symbole. Continue à marcher, tu comprendras plus tard.’ Non non, tu dis ‘mais qui est l’enfoiré, qui est le mec qui m’a mis une gifle ? Pourquoi ? Qu’est-ce que j’ai fait ?’ En fait, tu commences à comprendre petit à petit que ce n’est pas ça qu’il faut faire. On s’en fout de qui c’est puisque aujourd’hui on sait qui c’est », admet Gad Elmaleh avant de faire une blague sur Xavier Dupont de Ligonnès.

Un futur sketch sur le plagiat

Puis il continue son explication et assure connaître les identités des personnes qui se cachent derrière le pseudonyme CopyComic. Gad Elmaleh ne donne pas de noms mais sait qu’ils sont « plusieurs » à s’être « ligués comme ça à un moment donné ». L’humoriste star reconnaît la pertinence de « dénoncer les gens qui ont plagié d’autres artistes » et loue cette volonté d’être « honnête ». Pour autant, il regrette l’acharnement qu’il estime avoir subi : « C’est autre chose de vouloir du mal et d’être énervé parce qu’à un moment donné tu fais trop de choses ».

>Gad Elmaleh reconnaît « une partie de vrai » dans les accusations de plagiat

CopyComic, un jaloux maladif du succès de Gad Elmaleh ? « Tu fais une tournée aux États-Unis, des shows en France, des comedy clubs, tu fais une série… À un moment donné, ça dérange et il y a des gens qui se mettent ensemble pour plein de raisons. Et leur incapacité à faire juste le commentaire ou de la dénonciation fait qu’ils ne lâchent pas l’affaire », justifie Gad Elmaleh qui, par ailleurs, va rebondir sur cette affaire pour jouer la carte de l’humour.

Au menu de son prochain spectacle, un « petit passage » sur l’affaire CopyComic : « Je me plagie moi-même. Je prends un truc que j’ai fait dans un autre spectacle et je m’attaque en justice. Et je perds ». Ou comment utiliser une polémique potentiellement destructrice et la retourner dans son sens.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern