Visite d’État au Luxembourg: quand la limousine du roi Philippe et de la reine Mathilde ne démarre pas (vidéo)

Visite d’État au Luxembourg: quand la limousine du roi Philippe et de la reine Mathilde ne démarre pas (vidéo)
Capture d’écran - Twitter/Pierre De Vuyst

Le Roi et la Reine ont entamé une visite d’État de trois jours au Grand-Duché de Luxembourg et, une fois n’est pas coutume, pour s’y rendre, ils ont choisi le train. À l’instar du roi Baudouin pour sa propre visite d’État il y a soixante ans. Mais là où le premier ne disposait sans doute pas d’un autre choix, ils ont insisté pour prendre le train. À l’heure où l’urgence climatique a pris le pas sur toutes les autres thématiques, le Roi, que l’on sait préoccupé depuis des années par cette problématique, montre ainsi qu’il a entendu le message des jeunes.

>En train pour la visite royale au Luxembourg, mais pas tous

Il ne peut pas manifester publiquement et se faire arrêter comme sa tante, la princesse Esmeralda samedi dernier sur la place Royale. Aussi c’était sa manière polie de faire passer le message. Si la SNCB avait affrété un train spécial pour les Souverains et l’importante délégation belge, exit le train royal, ses chambres tout confort et ses boiseries en acajou, les temps sont à la simplicité. Ainsi c’est pour ainsi dire un couple comme un autre qui a pris le train ce mardi matin. Si ce n’est que Philippe et Mathilde disposaient chacun d’un double fauteuil pour prendre leurs royales aises. Les passagers classiques de la SNCB, habitués à rester debout, ne peuvent en dire autant…

La pluie, autre invitée d’honneur

Philippe et Mathilde sont partis ce mardi 15 octobre à 8 h du matin de la gare de Bruxelles-Luxembourg, tout un symbole. Ils sont arrivés trois heures plus tard en gare de Luxembourg-Ville, où ils ont été accueillis par le Grand-Duc en personne. Plus qu’un ami, Henri de Luxembourg est le cousin germain de Philippe et ils se connaissent très bien. Ils passent même des vacances ensemble. C’est dire si au cours de cette visite d’État on sera en famille.

BelgaImage

S’est immiscée dans la fête luxembourgeoise, une invitée qu’on n’attendait pas, la pluie. Aussi la cérémonie d’accueil officiel, avec ses hymnes nationaux et son passage des troupes en revue s’est faite sous une drache qu’on aurait pu dire nationale, tout comme le dépôt de gerbe au monument national de la Solidarité Luxembourgeoise. Il pleuvait tellement que même la limousine du Grand-Duc prêtée aux Souverains pour leurs déplacements a pris froid.

Cet ancêtre Daimler a fait sa tête de mule, comme l’a constaté Pierre De Vuyst, notre envoyé spécial sur place. Une vidéo, filmée par le journaliste du Nieuwsblad Wim Dehandschutter, de ce petit couac est même apparue sur les réseaux sociaux. Ainsi, malgré ses illustres passagers, elle n’a pas voulu démarrer avant cinq ou six tentatives très embarrassantes, déclenchant l’hilarité du sympathique Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel qui a dit aux Souverains qu’ils avaient bien fait de venir en train !

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern