Tueries du Brabant: «Les manipulations? Nous craignons qu’elles continuent»

Nathalie et Diederik Palsterman ont vu leur père mourir devant leurs yeux d’enfants, le 9 novembre 1985, au Delhaize d’Alost.
Nathalie et Diederik Palsterman ont vu leur père mourir devant leurs yeux d’enfants, le 9 novembre 1985, au Delhaize d’Alost. - I. Otto

Ils ne s’expriment quasiment plus sur ces « tueurs du Brabant » qui leur ont enlevé brutalement leur père, il y a bientôt 34 ans, au Delhaize d’Alost. Diederik Palsterman avait 13 ans à l’époque. Le 9 novembre 1985, il s’est caché derrière des bacs de Coca-Cola pour éviter les balles des assassins masqués. Sa sœur, Nathalie, pense qu’il s’agissait de « terroristes » payés pour faire peur. Leur hypothèse est la même que celle de leurs avocats actuels, Walter Van Steenbrugge et Johan Heymans, qui ont repris le dossier à zéro en 2017 : si les tueurs restent en fuite,...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
  • Le tueur n’a laissé aucune chance à Xavier Baligant. «
Malchance
» ou assassinat
?

    Meurtre de Xavier Baligant: un mystérieux SMS pour résoudre ce cold case?

    Été 2011 : Xavier Baligant est tué sur une aire d’autoroute française. Depuis, les enquêteurs font chou blanc. L’avocat de la famille demande une nouvelle expertise du téléphone de la victime, le dernier message reçu pouvant être un rendez-vous avec son meurtrier.

  • Même soutenu par Barack Obama, Joe Biden n’enflamme pas les foules américaines... mais les rassure.

    Joe Biden: nouveau cap pour l’Amérique?

    En tête dans les sondages, le candidat démocrate semble bien placé à 90 jours de l’élection présidentielle du 3 novembre. Plus posé mais aussi plus fade que Donald Trump.

  • OUVERTURE 20200707 Frou-frou Seine-4853

    Christine Bravo: «Ma vie au fil de l’eau»

    Christine Bravo se raconte au fil de l’eau, à bord du « Frou-Frou », un bateau qu’elle a rénové et sur lequel elle organise des croisières thématiques. De nos envoyées spéciales à Paris, Sophie Lagesse (texte) et Ingrid Otto (photos).

Signé duBus
Signé Stéphane Bern