L’Histoire à table: Curnonsky, le prince des gastronomes

Le gastronome Curnonsky et la Comtesse de Bragard, au chapître de l'ordre du Tastevin tenu à Morey-Saint-Denis, à l'occasion de la Saint-Vincent. 26-1-1952.
Le gastronome Curnonsky et la Comtesse de Bragard, au chapître de l'ordre du Tastevin tenu à Morey-Saint-Denis, à l'occasion de la Saint-Vincent. 26-1-1952. - BelgaImage

Son appétit légendaire était à la hauteur des mensurations du bonhomme Curnonsky. Comptez 120 kg pour un bon 1,85 m. À l’entame de la Grande Guerre, alors que la disette s’installe et que même la pige se fait denrée rare, le journaliste et écrivain Maurice Edmond Saillant se dit qu’il doit littéralement vivre de sa plume s’il ne veut pas rapidement dépérir. Son goût très sûr, ses talents d’écriture et… la faim le conduisent tout naturellement vers la chronique gastronomique, un genre où il va rapidement exceller. Encore lui faut-il se trouver un séduisant nom de scène. Comme l’œuf, la mode...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète